Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouvelles appréciées de la littérature arabe : Mohamed Berrada : La tête tranchée (4 )




Nouvelles appréciées de la littérature arabe :  Mohamed Berrada : La tête tranchée (4 )
Mohamed Berrada est l'un des  plus grands écrivains contemporains du Maroc. Il est né à Rabat en 1938. Après  avoir obtenu sa 
licence en littérature arabe à l'Université du Caire, 
il exerça le métier 
d'enseignant à la Faculté des lettres de Rabat, puis 
à celle de Fès, tout en 
assurant la présidence de l’Union des écrivains du Maroc pendant plusieurs années. Il a publié de 
nombreuses œuvres, 
notamment «Mohamed Mandour et la théorie de la critique arabe» (essai), «L'équarrissage», (recueil de nouvelles), « Le jeu de l'oubli » et «La lumière 
filante » (romans), sans oublier ses nombreuses traductions dont «Le degré zéro de l'écriture» de 
Roland Barthes et «Le 
discours narratif» de Bakhtine.
Parmi ses meilleures 
nouvelles, «La tête 
coupée», parue dans le supplément culturel du journal Al Moharrir, au cours des années 70, et son recueil «L'équarrissage».


Devant le juge, mon cas se révéla complexe! Experts, conseillers et juges se trouvaient tous  devant un dilemme. Ni les textes, ni la ruse, ni la violence ne leur furent d’un quelconque secours. Le responsable de la ville arriva. Il portait des gants blancs, en soie. Il jouait au diplomate respectable en me demandant: 
«Ne crois-tu pas que  ce que tu fais là est de la provocation, toi dont la tête est coupée? Tu viens de loin pour exciter les gens en leur racontant tes rêveries et tes hallucinations rouges ! Ignores-tu la loi?»
Je ne voulais pas  dialoguer longtemps. Je dis brièvement :
 "Je suis venu chercher mon cadavre, on m'a appris qu’il se trouvait au Sud".
"Comment te laisses-tu prendre par la ruse alors que tu es extrêmement intelligent selon les rapports concernant tes déplacements à Jamaâ El Fna.
«Les masses me séduisent, j'ai toujours estimé que c'est des coquilles dissimulant une énergie extraordinaire. Pourquoi veillez-vous à ce qu'elles continuent à somnoler dans leur oisiveté? Il ne me reste plus que la langue, et je me suis dit : voyons ce que peut encore faire ce morceau de chair».
«- Tu joues avec le feu».
- Vous savez que la mort m'a traversé sans réussir à m'atteindre.
Un jeune homme élégant, pressé, arriva, et chuchota quelque chose à l'oreille du représentant des  autorités. Celui-ci s'adressa à moi de nouveau :
-«Tu as des revendications précises?»
-"Je voudrais avoir ma propre halka pour parler aux gens".
-"Votre demande est refusée ; on te jugera"
- "Je suis supposé être mort !"
Il sourit aussitôt comme s’il avait trouvé la solution idéale.
"Dans ce cas, nous convoquerons l'un de nos magistrats décédés pour te juger»
Je restai dans la cage à attendre. De temps en temps, les échos des vivats parvinrent jusqu'à moi:
 «Vive l'homme dont la tête est coupée!"
Je ne sus combien de temps j'ai sommeillé. J’ouvris les yeux effrayés par un faisceau de lumière qui me submergea, provenant d'un projecteur orienté vers la cage. Les pas se succédaient, et la salle s'emplissait de nombreuses personnes éminentes, portant uniformes et décorations. Le gouverneur affichait le même sourire froid et inquiet. Je ne cessais de  fixer tout ce beau monde calmement. Un moment après, quelqu'un annonça à voix haute:
- Son éminence le pacha Bel Baghdadi est dérangé pour l’occasion dans son  gîte pour trancher dans l'affaire de l'homme dont la tête est coupée".
L'idée me plut. J'éclatai de rire, décontracté. Au moins, ils savent surmonter leur faiblesse. La sagesse des aïeux est plus forte que leur intelligence. Ça ne fait rien ! Remettons-nous en à la décision du sage, délégué par le Makhzen!
Je ne sais pas ce qu'on lui raconta au sujet de mon crime. Ils ajoutèrent certainement à la liste les trahisons de son fils le jour même de l'indépendance. Ma conscience était tellement éveillée qu’elle ne me permettait pas le jeu du dialogue et de l’ironie. L'envie de survoler me reprit, et je regrettai de ne pas avoir essayé de m'échapper au moment du danger.
Le pacha caressa sa barbe, plongea les doigts dans ses poils blancs tout en paraissant fier du service rendu au Makhzen de l’après indépendance et prononça enfin avec assurance son verdict :
"Puisque vous avez le cadavre, remettez la tête où elle était et coupez la langue".
 

Traduit et présenté par Sahraoui Faquihi
Mardi 12 Août 2014

Lu 1085 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs