Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouvelles appréciées de la littérature arabe : La cage et la langue commune




Nouvelles appréciées de la littérature arabe : La cage et la langue commune
Ismail Fahd Ismail est l’un des hommes de littérature les plus éminents du Koweït. Il est connu par ses quatre romans «Le ciel était bleu», «Les marecages lumineux», «La corde «et «L’autre rive»  au sujet desquels Saad Youssef dit un jour : A l’Extrême-Orient arabe où l'écriture du roman n’est pas encore une tradition, je peux affirmer que les quatre romans d’Ismail Fahd  Ismail sont un repère unique non seulement au Koweït, mais également dans tous les pays arabes.
Le vent est chargé de l’odeur de la mer.
-« Ecoute ma fille … ! L’émigration est insupportable …Et la mission est la moitié de l’affrontement … »
Une fois, elle est allée au souk en compagnie de l‘une de ses amies.
-« Ma mère te salue…Envoie nous… ! » 
A cause du conducteur, elles tardèrent à rentrer à dix huit heures.
La responsable refuse de nous laisser entrer  directement.
L’obscurité, pendant qu’elles étaient en route.
-Ce n’était pas un large retard, il s’agissait de quelques minutes !!
-Un retard est un retard !
-Cinq minutes !
Mais la porte resta fermée.
-Où allons-nous? se demanda ma compagne, puis elle pleura.
Les vents dialoguent avec la robe à travers des mouvements. La robe s’agite puis reprend sa place. Et il reprend sa place.
 
          *********************************
 
J’ai essayé de la soulager, je me mis à pleurer avec elle. Un quart d’heure après, la porte fut ouverte à condition que ce soit la première et la dernière fois qu’on se comporte de la sorte.
Le désir du défi augmente.
Quelle en est l’utilité ?
Je me souviens avoir surpris deux de mes amies, s’essoufflant sur le même lit.
-Je suis désolée. Je viens chercher une enveloppe…
J’ai failli revenir sur mes pas, toute confuse.
-Nous étions…Nous étions.
J’ ai souri pour les tranquilliser.
-Est-ce que tu gardes le secret ?
-Et pourquoi le divulguer ?!
J’allais fermer la porte quand la voix me fit suspendre le mouvement :
-« Est-ce que tu désires nous rejoindre ?
-…
A l’école, mon amie qui est mariée me dit :-« Il n’y a rien d’extraordinaire dans le fait  »
Elle donnait son point de vue au sujet du lit et du halètement.
-Mais comment ?!
-…
Elle sourit et dit c’est   une négation de la virilité !!
-C’est une réponse au refoulement. 
 Il reste quand même une question:
-Et les hommes, quel est leur rôle alors ?
Son sourire   ironique  s’élargit :
-C’est peut-être la même chose.
Elle jette un coup d’œil furtif vers le jeune homme.
Il a presque le même âge que mon frère.
Il est totalement concentré sur son genoux.
«Un pauvre type… ! » -« Un type étrange… !»- «Un frustré… !»
Elle aurait aimé sourire  pour s’excuser. La fatigue gagnait ses jambes. Elle retourne  à son lit sans se presser.
       *********************************
La huitième Prise
Le jeune homme fixait toujours le balcon vide. Il commence soudain à chercher quelque chose qu’il a perdue. Ce manque s’inscrit dans son regard.
Il jette la revue à côté, et laisse tomber la tête en arrière. Le mur. Il est neuf heures  et…Le soleil est de plus en plus insupportable et les arbustes de L’Atal sont dispersés et semblent seuls. 

Samedi 5 Juillet 2014

Lu 1249 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs