Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouvelles appréciées de la littérature arabe : L’esprit du guérisseur des cœurs




Nouvelles appréciées de la littérature arabe : L’esprit du guérisseur des cœurs
Son regard exprimait une indécision. Elle se demanda :
-« Que se passe-t-il dans le monde ? »
Elle fronça les sourcils et dit :
-« Ou bien que je suis folle ou bien c’est eux qui le sont».
Puis elle continua tout étonnée :
-« Tout le monde s’agenouille, prie, lance des cris de joie…Et il suffit d’un seul geste de mon petit doigt pour que mes ordres soient exécutés. Que s’est-il passé ? »
Soudain, elle entendit qu’on essayait de forcer la porte  que le jeune homme avait fermée derrière lui. Elle prit peur et se sauva. La porte s’ouvrit sous la force des poussées. L’homme élégant, le serviteur du mausolée et le policier firent irruption !L’homme distingué répétait au policier à haute voix :
 « Je t’endosserai la responsabilité de toute cette farce».
L’agent disait : -«Attends un peu, mais il était impossible de faire quoi que ce soit. Les gens sont devenus fous ; et quand ils le sont, le policier n’a plus de pouvoir ! Seulement ne vous en faites pas. Pas un seul scélérat ne m’échappera ! »
-« Et la voleuse, la salope, où est-elle ? »
-« Fais comme si elle était déjà entre nos mains. Je sais ce que je dis.»
-« Et comment vais-je récupérer mon argent et mes bijoux ? »
Le serviteur du mausolée dit :-« Allons au commissariat ! »
Mais le policier s’y opposa :-« Non les enquêtes sont un labyrinthe qui me fait peur»
Le saint lui demanda :-«Que faire alors ?»
Le policier répondit alors :-«On verra»
L’homme élégant dit :-«J’ai une idée. Si elle réussit, je récupérerai mes biens  perdus»
-«Quelle est cette idée?»
-«L’Esprit ! L’Esprit qui m’a dépouillé, me rendra mes biens»
-«Mais, tu rêves?» 
-«Nous allons reconstituer l’histoire»
-«La même histoire?»
-«Mais avec nos acteurs à nous cette fois-ci.»
-«Et l’Esprit où le trouverons-nous?»
-«La même fille. Et si elle ne suit pas nos instructions, on la déchirera en morceaux».
Le lendemain, dès l’apparition des premiers rayons du soleil, le saint était déjà assis devant la porte du mausolée encore fermée. Un vieillard traînant derrière lui un jeune infirme se dirigeait vers le marabout. Quelques personnes prirent leurs places autour du local. D’un signe du saint, ils se mirent à crier dans un étonnement général :
-« Allons-nous assister à un nouveau miracle?»
-«Oui c’est un nouveau miracle ! »
Les échos de leurs voix arrivèrent jusqu’en ville. Les gens, précédés par le jeune homme de la veille, accoururent  vers le mausolée. Ils furent suivis par l’ancien serviteur et le policier. Les regards fixèrent le jeune infirme  qui, la tête sur la porte du mausolée, criait : 
-« Ô Dieu des cieux ! » 
Le vieillard lui demanda :-« Qu’est-ce que tu as mon fils ? »
Le jeune répondit très ému :-« J’entends une voix mon père» 
A travers la foule, un bruit sourd courut qui aussitôt se transforma en prières et en cris de liesse. L’ancien conservateur du mausolée feignit d’être inquiet. Il interpella le policier  d’un ton provocateur :-« Monsieur l’agent ! »
Le policier répondit docilement :-« La leçon que j’ai eue hier me suffit. Que la volonté de Dieu soit exécutée ».
La foule cria triomphalement. Le jeune infirme cria à son tour :-« Il m’appelle ! » 
La foule se récria :-« Dieu est grand ! Dieu est grand ! »
-« Je suis tout oreilles. Je suis à votre disposition ô guérisseur des cœurs ! »
-« Que  Dieu tout puissant  soit béni ! »
-« Ouvrez la porte. Il m ‘appelle ! Il m’interpelle ! Ouvrez la porte.»
L’ancien conservateur ouvrit la porte au milieu des prières et des cris de joie. Le jeune infirme entra, se dirigea à tâtons vers le fond du mausolée. Il y disparut et le silence régna  un instant. Un silence profond et total ! Les gens se concentrèrent tellement qu’on pouvait voir leurs âmes dans leurs regards. Soudain, un cri parvint de l’intérieur. Et le jeune infirme de surgir au seuil de la porte, levant les bras vers le ciel en s’exclamant :
-« Dieu m’est témoin que j’ai recouvré la vue.»
Les gens crièrent avec extase : -«Dieu est grand ! Dieu est grand! »
-« Le monde  est créé de nouveau, avec ses lumières, ses gens. Acceptez-moi comme serviteur de votre mausolée ô guérisseur des cœurs ! »
-«Que  Dieu tout puissant soit béni ! »
 -« Seul le bon Dieu est puissant ! Que c’est beau de voir la lumière après avoir vécu dans les ténèbres ! « 
-« Que le bon Esprit soit béni ! »
Une personne debout au premier rang lui demanda :-« Qu’est-ce que tu as découvert à l’intérieur ? »
-« J’ai vu l’Esprit enchaîné »
Le jeune de la veille lui demanda étonné : -« Qui l’a enchaîné après que je l’ai détaché de mes propres mains ? »
-« Je dis ce que j’ai constaté» 
Les gorges continuaient de  déverser leurs cris assourdissants :
-« Ne nous prive pas de vos dons ô guérisseur des cœurs ! »
-« Ô vous qui soulagez les peines « 
-« Ô vous qui soutenez les faibles et les pauvres ! »  
La jeune fille apparut sur le seuil comme elle le fit la veille. Les gorges vibrèrent de prières :
-« Le voilà l’Esprit béni ! »
-« Attendez-vous à d’avantages de bénédictions»
-« Bonheur aux pauvres !»
-« La jeune fille se demanda comme elle le fit la veille :-«Où suis-je?»
Des voix répondirent :-« Sur la terre qui verdoie  grâce à votre présence»
-« Qu’est-ce que je vois ?»
-« Votre peuple reconnaissant»
Elle dit souffrante :-« Les chaînes ont failli  m’étouffer»
Les voix s’élevèrent courroucées :-« Qui est ce scélérat ? Ce criminel ?»
-« Qui est ce criminel ? Ce malfaiteur ? » 
-« Qui est l’ennemi des 
Esprits ? »
La jeune fille dit en fixant l’assistance :
-« Celui qui m’a enchaînée est un ami, et non pas un ennemi !Il l’a fait dans de bonnes intentions, sans vouloir me faire du mal»
L’assistance resta bouche bée. La jeune fille continua :-« Ce qui m’a causé du mal, c’est l’incompréhension et la mauvaise interprétation»
Les regards continuaient de la fixer  dans une surprise générale.
-« J’ai posé une énigme et j’en étais la première victime.»
-« Puisse Dieu nous pardonner! »
-« Vous avez oublié que l’Esprit ne parle pas le langage terrestre ! »
-« Puisse Dieu nous pardonner ! »
-« Et qu’il fait  don des lumières et non des biens éphémères ! »
Ceux qui se trouvaient au premier rang criaient :-« Que Dieu nous pardonne»
Tandis que la foule, elle, elle se taisait en baissant la tête.
-« …Et qu’il est venu pour purifier les cœurs et non pour encourager au pillage et au vol»
La foule s’écarta et  plongea dans un silence profond pendant que  ceux qui se trouvaient au premier rand criaient :-« Que Dieu nous pardonne ! »
-« Ainsi vous êtes vous égarés, et vous avez saccagé des  biens que vous n’avez pas le droit de toucher ».
-« Que Dieu nous pardonne ! »
-« C’est ce qui m’a remis les chaînes aux poignets ! »
-« Que Dieu nous pardonne ! »
-« Libérez-moi chers et fidèles amis ! »
Au milieu des prières, et des cris de jubilation, les gens qui l’entouraient se mirent à  jeter à ses pieds le contenu de leurs poches. La foule, quant à elle, se recroquevilla, désespérée, le cœur serré. Les gens se regardaient comme s’ils sortaient d’un rêve. Ceux qui se trouvaient au premier rang leur reprochaient leur lenteur à répondre  à l’appel de l’Esprit. Le policier leur demanda  protestant :
-« Vous lésinez sur la liberté de notre bon Esprit ?! »
Personne cependant parmi la foule ne broncha, ni ne bougea. Le jeune de la veille se mit à examiner la jeune fille puis s’exclama soudain :
-« Qu’est-ce que je vois ? »
Les regards se tournèrent vers lui. Il se récria courroucé, s’adressant à la jeune fille:
-« Tout a bien changé ! Qu’est-ce que je vois ? »
Les regards le fixèrent  pendant qu’il scrutait la jeune fille, tel un forcené. Soudain, il s’exclama avec défi :-« Tu n’es pas le bon Esprit ! »
Les yeux de la foule brillèrent d’espoir ; quant au policier, il cria à son encontre :
-« Cesse de délirer espèce d’hérétique ! »
Le jeune homme de la veille insista :-« Tu n’es pas le bon Esprit ! »
En réponse à ses déclarations, un cri  fit déchaîner les gorges. La foule le crut du fond de son âme souffrante. Subitement, tout changea. Les cris mêlés  de colère et de révolte à la fois continuaient de plus belle. 
-« Tu n’es pas le bon Esprit ! »
-« Où est la voix clémente d’hier ? »
-« Où a disparu la miséricorde céleste ? » 
-« Où sont la magnificence et la splendeur d’hier ? »
-« Regardez ses haillons ! »
-« Regardez la boue qui colle à ses pieds ! »
-« Regardez la poussière qui couvre son visage ! »
Soudain, la jeune fille bondit enfonçant ainsi le mur des corps qui l’entouraient. Elle se jeta au milieu de la foule en criant :-« Au secours !»
Le policier cria :-« Que se passe –t-il ? »
La jeune fille s’écria de toutes ses forces :-« Je ne suis qu’une  pauvre fille. Je ne suis ni ange, ni Esprit.»
L’agent grommela : « Espèce de sorcière ! Malheur à toi ! »
La jeune fille hurla :-« On m’a menacé de mort si je n’agis pas selon leurs desseins»
Les gosiers tel un tonnerre se  déchaînèrent encore une fois. Les poignées, crispées, se multiplièrent. Quelques comploteurs se jetèrent sur la jeune fille, mais la foule la défendit. Une vraie bataille éclata entre les deux camps ; une bataille où l’on recourut aussi bien aux mains, aux pieds et aux dents qu’aux bâtons et aux briques. On se battit avec coriacité. Le jeune homme de la veille vit la jeune fille se battre tel un  homme. Il pensa alors que c’était la femme dont il rêvait. Il redoubla de courage et de force.
Et la bataille continua dans une violence, et une barbarie qui ne faisaient que s’accroître. 

Mercredi 2 Juillet 2014

Lu 852 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs