Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouvelle ruée vers le western à Hollywood




"The Revenant", "Les huit salopards", "Jane Got a Gun" : le western fait un retour en force dans les salles obscures, et deux films de ce genre fondateur du cinéma américain sont en lice pour les Oscars. "Quand des studios comme Fox, pour «The Revenant», ou Weinstein pour «Les huit salopards», sortent des westerns à gros budget, on peut parler de renouveau", estime Jeff Bock, de la société spécialisée dans le box-office Exhibitor Relations. Le western est revisité depuis quelques années par les plus grands réalisateurs : "True Grit", des frères Coen, "There Will Be Blood", de Paul Thomas Anderson, "Django Unchained", de Quentin Tarantino, "Le secret de  Brokeback Mountain", d'Ang Lee, parmi d'autres. "Il y a sans conteste une tendance, avec des réalisateurs prestigieux qui  utilisent cette formule pour explorer les questions de la masculinité, qui est  bon, qui est méchant, et qu'est-ce que l'Amérique ?", remarque Dana Polan,  professeur au département d'études cinématographiques de New York University. Ce genre aux dizaines de sous-catégories se fonde sur des codes que chacun  réinterprète, comme l'époque de la ruée vers l'or et de la conquête de l'Ouest,  les grands espaces, les cow-boys et les Indiens, ou encore la loi du plus fort. La différence avec les classiques ? Les westerns contemporains "ne sont pas  dans la célébration", mais dans la critique, remarque Robert Thompson,  professeur de culture populaire à l'Université de Syracuse. Des films comme "The Revenant", en tête de la course aux Oscars avec 12 nominations, ou "Les huit salopards" (trois nominations), "parlent d'individus  solitaires qui cherchent à se venger ou à tirer un profit personnel dans une  civilisation en déroute, alors que les classiques parlaient de bâtir une communauté", poursuit Dana Polan. Si les références du genre comme John Wayne, Clint Eastwood et Charles  Bronson mettaient en scène des archétypes d'hommes invincibles, ceux  d'aujourd'hui sont surtout peuplés d'anti-héros. Une tendance qui a débuté avec le vent de contestation de la fin des années 1960, et la montée du féminisme, qui ont soudainement fait pâlir l'aura des cow-boys machos.

Vendredi 19 Février 2016

Lu 210 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs