Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouvelle manifestation à Kinshasa

Empêcher une modification de la loi électorale




Nouvelle manifestation à Kinshasa
Les policiers de RDC ont tiré en l'air mardi pour disperser à Kinshasa des manifestants qui protestaient pour la deuxième journée consécutive contre un projet de révision de la loi électorale, susceptible d'entraîner le report de l'élection présidentielle fixée à 2016.
Des étudiants ont mis le feu à des pneus et ont érigé une barricade sur la route menant à l'université de Kinshasa, dans le sud de la capitale de la République démocratique du Congo, ont rapporté des témoins.
Le projet de révision du code électoral a été adopté au cours du week-end par la Chambre basse du Parlement de RDC et il est en débat actuellement au Sénat. Lundi, au moins quatre personnes ont été tuées dans des heurts entre les forces de l'ordre et les manifestants à Kinshasa.
L'opposition, qui dénonce un "coup d'Etat constitutionnel", redoute que la réforme de la loi électorale ne soit une manœuvre du président Joseph Kabila pour repousser de plusieurs années la tenue du prochain scrutin, prévu en 2016.
Kabila, qui a remporté les élections présidentielles de 2006 et 2011, ne peut pas, en vertu de la Constitution, briguer un troisième mandat.
Autre signe de tension politique en RDC, un chef de file de l'opposition, Jean-Claude Muyambo, a été arrêté à sa résidence de Kinshasa, a déclaré Vital Kamerhe, président de l'Union pour la nation congolaise (UNC, opposition).
Jean-Claude Muyambo avait quitté en novembre dernier les rangs de la coalition au pouvoir. Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a expliqué que son arrestation, ordonnée par le parquet de la république, découlait d'une plainte concernant une transaction immobilière et n'avait "aucun lien avec la situation politique".
Au moins quatre personnes ont été tuées lundi dans des heurts entre les forces de l'ordre et des manifestants à Kinshasa, où les partis de l'opposition s'efforcent d'empêcher une modification de la loi électorale susceptible d'entraîner le report d'élections prévues l'an prochain. Les manifestants ont incendié des pneus dans plusieurs rues de la capitale de la République démocratique du Congo, où des policiers anti-émeutes et des gardes présidentiels étaient déployés. Des témoins ont fait état de coups de feu tirés par des policiers dans certains quartiers comme celui de Matonge, non loin du siège du Parlement.
Des affrontements ont aussi éclaté à Goma, la principale ville de l'Est, où un journaliste de Reuters qui couvrait une manifestation d'un millier de personnes a vu deux personnes au sol, blessées par balles.
Lambert Mende, porte-parole du gouvernement, a démenti que les forces de sécurité aient tiré sur des protestataires à Kinshasa. Il a déclaré que deux policiers avaient été tués par des inconnus, et que des vigiles avaient tué deux civils dans un entrepôt. Sept policiers et trois civils ont été hospitalisés, a-t-il ajouté.
Selon Martin Fayulu cependant, qui est président du parti d'opposition ECiDé (Engagement pour la citoyenneté et le développement), au moins 13 civils ont été tués à Kinshasa.

AFP
Mercredi 21 Janvier 2015

Lu 182 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs