Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouvelle crise dans le football tunisien

Le CAB conteste son élimination et gèle sa participation à la C1




Nouvelle crise dans le football tunisien
Le Club athlétique de Bizerte (CAB) a annoncé mardi sa décision de "geler ses activités", y compris sa participation à la Ligue des champions d'Afrique, après son élimination controversée en Championnat de Tunisie et au lendemain d'affrontements entre supporters et policiers.
"Nous avons décidé de geler toutes les activités du club au niveau national et international y compris notre match contre Al Ahli", a indiqué le porte-parole du CAB, Bassem Zouaoui, alors que Bizerte doit rencontrer dimanche en 8e de finale aller le champion d'Afrique en titre.
A l'issue de la phase de poules du Championnat de Tunisie, trois clubs -- l'Espérance sportive de Tunis, le Club Africain de Tunis et le CAB-- étaient à égalité alors que seuls les deux premiers pouvaient participer aux play-offs.
La Ligue a tranché en faveur des deux formations de Tunis, sur la base d'un article confus du règlement.
Le porte-parole du CAB a vivement critiqué la "décision malhonnête de la Ligue nationale du football" et demandé "l'ouverture d'un grand débat sur l'assainissement du football" M. Zouaoui a par ailleurs dénoncé les violences qui ont opposé lundi à Bizerte (nord) manifestants et policiers, assurant, malgré les dires des autorités et des témoins, que les supporters du club n'étaient pour rien dans ces affrontements.
"Nous dénonçons la violence à Bizerte et les incidents d'hier ne peuvent avoir été commis par les supporters du club, il s'agissait d'intrus qui ont profité du rassemblement pour commettre des actes de violence", a-t-il assuré.
Le Championnat de Tunisie a connu plusieurs controverses et crises ces derniers mois.
En mars, le club de Gafsa (centre) avait annoncé son retrait du Championnat de Tunisie pour protester contre des "injustices d'arbitrage" et accusé le Club Sportif d'Hammam-Lif (banlieue de Tunis) d'avoir usé de ses relations étroites avec le parti islamiste Ennahda, qui dirige le gouvernement, pour faire pression sur l'arbitre.
La Ligue avait finalement suspendu deux des arbitres du match en question.
Depuis août dernier, les matches en Tunisie se jouent à huis clos partiel ou en l'absence totale de public suivant les cas pour limiter les violences.

AFP
Mercredi 17 Avril 2013

Lu 194 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs