Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouvel ouvrage d’Erwan Sommerer et Jean Zaganiaris : L’obscurantisme, formes anciennes et nouvelles d’une notion controversée




Nouvel ouvrage d’Erwan Sommerer et Jean Zaganiaris :  L’obscurantisme, formes anciennes et nouvelles d’une notion controversée
D’aucuns lient souvent l’obscurantisme au terrorisme et à l’extrémisme religieux. Mais doit-on admettre ces liens sans considérer la notion d’obscurantisme dans  sa plus large acception ?
Loin d’être anodine, cette question mérite bien de réflexions vu l’association faite entre ce terme et la religion et qui, bien souvent, « ne se préoccupe ni des pratiques religieuses multiples et hétérogènes des individus, ni d’autres formes de violences qui ne sont pas forcément liées à la religion ». Citons à titre d’exemple, le sexisme, le racisme, l’antisémitisme, le dogmatisme politique et économique ou le paternalisme…
En complément au précédent livre sur la question de l'obscurantisme paru aux éditions Afrique-Orient (Casablanca),  et dans un souci d’approfondir leurs réflexions sur une question encore mal appréhendée, Erwan Sommerer  et Jean Zaganiaris publient : « L’obscurantisme, formes anciennes et nouvelles d’une notion controversée » aux Editions L'Harmattan, Collection Inter-National.
Fruit d’un travail collectif, ce livre réunit de précieuses contributions de chercheurs en sociologie, science politique et philosophie sur une notion tellement controversée que l’on doit y prêter un grand intérêt. Tant il est vrai que « ce terme est utilisé de manière spontanée et non problématisée, dans un registre polémique, pour disqualifier l’autre. Plus rares sont les approches qui tentent d’en proposer une définition cohérente et de l’aborder dans la perspective des sciences humaines », soulignent les auteurs.
C’est donc dans la perspective d’éclairer l’opinion et, sans doute, de briser nombre de stéréotypes qu’alimente ce terme que les auteurs proposent d’établir un tour d’horizon de la notion d’obscurantisme, analysant son histoire, ses multiples usages et certaines de ses représentations contemporaines.
Décliné en 13 chapitres, le livre propose des réflexions autour de deux thèmes principaux : « Obscurantisme, philosophie, religion » et «Obscurantisme, société, mouvements sociaux », subdivisés en plusieurs sous-thèmes, examinant sous différents angles une question à la fois actuelle et diversifiée.
Le lecteur appréciera dans cet ouvrage de 282 pages des contributions de Soufian AlKarjousli, Christophe Béal, Magali Boumaza, Christophe Dinouard, Sandra Fagbohoun, Renée Fregosi, Christian Martinez Perez, Nadia Marzouki, Mohamed Mouaqit, Loïc Nicolas, Paul Zawadzki et Anna C. Zielinska. Un excellent travail dont on peut espérer qu’il brisera les nombreux stéréotypes qui ont pu naître de cette notion qui nous paraît  lointaine, de par son origine, mais toujours actuelle : l’obscurantisme.
Chercheur associé au Centre Jacques Berque de Rabat, Jean Zaganiaris est docteur en science politique. Il  enseigne les sciences humaines et politiques au Maroc et anime une chronique à Luxe Radio.
Erwan Sommerer est membre du Groupe d’Études Sieyèsiennes (GES) et chargé d’enseignement au CELSA. Il est docteur en science politique, post-doctorant au CREDAL (IHEAL - Paris III).

L’Obscurantisme,
Formes anciennes et nouvelles d’une notion controversée
Par Erwan Sommerer  et Jean Zaganiaris (coord.)
Editions L'Harmattan, Collection Inter-National

Extrait du livre

Qu’est-ce que l’obscurantisme ? Chercher une essence à cette notion, notamment en l’opposant aux Lumières, serait une entreprise un peu vaine. L’école de Francfort a montré depuis bien longtemps que celles-ci ont leurs propres apories et que la raison peut s’autodétruire. Le problème est ailleurs.
Penser l’obscurantisme aujourd’hui consiste non pas à opposer « ombres » et « lumières » mais plutôt « monisme » et « pluralisme ». Penser l’obscurantisme consiste à tenir compte de l’hétérogénéité des valeurs et des modes de vie existant dans nos sociétés. C’est se pencher sur les multiplicités immanentes plutôt qu’adopter sur le mode de l’allant de soi les idées exaltant des vérités uniques, les discours voulant homogénéiser le corps social au nom de la morale, de la nation, de la religion (…)


ALAIN BOUITHY
Mercredi 15 Septembre 2010

Lu 488 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs