Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouveau tir de missile nord-coréen

Condamnations internationales




Pyongyang a procédé lundi à un nouveau tir de missile qui s'est abattu dans la zone économique japonaise, suscitant des condamnations des capitales étrangères dans un contexte de grandes tensions sur la péninsule.
Il s'agit du troisième tir nord-coréen en trois semaines et du 12e depuis le début de l'année, alors que de nombreuses résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU interdisent à Pyongyang de poursuivre ses programmes balistique et nucléaire, et que Washington menace Pyongyang d'une intervention militaire.
Il est intervenu deux jours après que les dirigeants du G7, réunis à Taormina, en Italie, ont qualifié samedi les tests nucléaires et de missiles nord-coréens de "menace grave".
L'armée américaine a affirmé que le missile de courte portée avait volé six minutes, et Tokyo a précisé que le missile était tombé dans la zone économique exclusive (EEZ) japonaise, une zone maritime qui s'étend jusqu'à 200 milles marins (environ 370 km) des côtes nippones.
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a aussitôt condamné ce tir et souhaité une "réaction concrète" avec les Etats-Unis.
La Corée du Nord a nettement accéléré ces efforts pour se doter de missiles intercontinentaux susceptibles de porter le feu nucléaire sur le territoire américain. Des programmes destinés selon elle à développer sa dissuasion face à la menace américaine.
C'est la deuxième fois cette année qu'un missile nord-coréen s'abat dangereusement près du Japon. Séoul a affirmé que ce missile de type Scud avait parcouru 450 km.
En dépit des déclarations très fermes de Donald Trump, qui se dit prêt à régler seul le problème nord-coréen, son secrétaire à la Défense James Mattis a estimé lors d'une interview diffusée dimanche, avant le dernier tir, qu'une guerre avec Pyongyang serait "catastrophique". Le chef du Pentagone s'est refusé à dire ce que pourrait être, pour Washington, une "ligne rouge".
Ce tir laisse penser que Pyongyang tente de renforcer sa position dans l'éventualité de futures négociations avec Washington, a estimé Cho Han-Bum, de l'Institut coréen pour l'unification nationale.
A Séoul, le nouveau président Moon Jae-In, perçu comme moins dur que son prédécesseur vis-à-vis de Pyongyang, a convoqué une réunion du Conseil de sécurité nationale, selon Yonhap.
Ces derniers mois, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a assisté à de nombreux tests à caractère militaire, et encore il y a une semaine quand il a supervisé l'essai d'un missile balistique de portée intermédiaire.
Un tir condamné lundi par le Conseil de sécurité des Nations unies qui a menacé Pyongyang de sanctions renforcées. Certains experts redoutent en outre que Pyongyang ne réalise prochainement un sixième essai nucléaire.
La Chine, seule alliée de Pyongyang, et les Etats-Unis négocient depuis des semaines une nouvelle résolution qui resserrerait l'étau autour de la Corée du Nord mais aucun texte n'a encore émergé de ces tractations.

Mardi 30 Mai 2017

Lu 430 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs