Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouveau test sanguin pour identifier les patients à très faible risque d’infractus




Un nouveau test sanguin ultrasensible pourrait à l'avenir permettre de renvoyer chez eux les deux tiers des patients à très faible risque d'infarctus qui se présentent dans les services d'urgence en raison de douleurs thoraciques, selon une étude publiée jeudi.
"Jusqu'à présent, il n'y avait aucun moyen rapide d'écarter un infarctus dans les services d'urgences" souligne le Dr Anoop Shah, de l'Université d'Edimbourg, le principal auteur de l'étude publiée dans la revue médicale britannique The Lancet. 
Pour identifier les personnes présentant des risques très faibles, les auteurs de l'étude ont utilisé un nouveau test ultrasensible pour mesurer la troponine chez 6.000 patients admis dans des hôpitaux écossais et américains à cause de douleurs thoraciques.
Le dosage de la troponine est une analyse sanguine déjà couramment prescrite dans la mesure où une élévation du niveau de troponine peut indiquer la survenue d'un infarctus du myocarde.
L'analyse est réalisée au cours de la 4e heure suivant l'apparition des symptômes et renouvelée deux fois, respectivement à la 8e et 12e heure.
Les chercheurs ont pour leur part montré que si les patients avaient un taux de troponine inférieur à 5 ng/L (nanogramme par litre) assez rapidement après leur arrivée aux urgences, ils couraient très peu de risques au cours des 30 jours suivants.
Un taux inférieur à ce chiffre a, selon les chercheurs, permis d'identifier près des deux tiers des patients "à très faible risque et qui auraient pu sortir rapidement de l'hôpital en toute sécurité" avec une "valeur prédictive négative" (probabilité de ne pas souffrir d'une maladie en cas de test négatif) de 99,6%. Cette probabilité subsiste indépendamment de l'âge, du sexe, ou du risque cardiovasculaire.
Le Dr Shah relève qu'en Grande-Bretagne le nombre des personnes hospitalisées à cause de douleurs thoraciques a triplé alors que "la très grande majorité" de ces patients n'ont pas fait d'infarctus. L'utilisation du nouveau test permettrait selon lui d'avoir "des bénéfices majeurs, tant pour les patients que pour les prestataires de soins".
Dans un commentaire joint à l'étude, Louise Cullen et William Parsonage, deux médecins, l'un australien et l'autre néozélandais, ont qualifié les résultats de "très prometteurs" tout en restant prudents sur la sensibilité et l'efficacité du test qui devront encore être évaluées par les laboratoires en collaboration avec les cliniciens.

Lundi 12 Octobre 2015

Lu 521 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs