Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouveau dérapage d’Abou Naim


Le pseudo-alem appelle à la création d’une police de prévention du vice et de promotion de la vertu



Nouveau dérapage d’Abou Naim
Les dérapages du dénommé Abou Naim se suivent au vu et au su des autorités chargées d’appliquer la loi dont le ministère public (dépendant du ministre de la Justice et des Libertés).
La dernière en date est l’appel lancé par ce pseudo-alem au ministère des Habous et des Affaires islamiques pour qu’il se dote d’un Comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice, c’est-à-dire la coinstitution d’une police religieuse copiée sur le modèle de l’institution Muttawaa  en Arabie Saoudite ou dans d’autres pays comme le Soudan ou chez les intégristes talibans.
Dans une nouvelle vidéo diffusée récemment,  Abou Naim a prétendu que « Chaabane est le mois du nudisme et de la débauche et Ramadan celui du reniement de la foi et de l’apostasie », avant de s’attaquer à Said Lakhal, chercheur spécialisé dans les groupes islamistes, qu’il a qualifié de « marxiste communiste intégriste » et au chercheur égyptien Sayed Al Koumni qui a pris part récemment à une conférence à Rabat sur la religion et la politique. 
Abou Naim a accusé les deux chercheurs d’apostasie. 
Ce n’est pas la première fois que ce pseudo-prêcheur s’en prend à des personnalités publiques. Il avait déjà tenu des propos injurieux contre des leaders politiques, des chercheurs, des penseurs dont le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, le chercheur Ahmed Assid et le penseur Abdellah Laroui. Il n’a même pas épargné des personnes défuntes comme le penseur Mohamed Abed El Jabri ou le martyr de l’USFP, Mehdi Ben Barka. 
A noter que le tribunal de première instance de Casablanca avait condamné l’année dernière ce pseudo-alem à un mois de prison avec sursis. Il était poursuivi pour outrage à corps constitué et diffamation dans des déclarations faites via une vidéo diffusée sur YouTube.  Le tribunal avait aussi condamné Abou Naïm à verser une amende de 500 dirhams.  
Plusieurs observateurs ont alors remarqué que le tribunal a fait montre de clémence à son endroit et que la sentence ne répondait absolument pas au degré de gravité des chefs d’accusation  qui sont assimilables à une incitation à la haine et au meurtre. Cette clémence dont a bénéficié Abou Naim explique-t-elle ses nombreuses sorties médiatiques incendiaires ?
 

M.T
Lundi 6 Juillet 2015

Lu 2375 fois


1.Posté par driss le 05/07/2015 22:22
en vertu de quelle autorité cet individu attribu des surnom à des gens respectables. apostasie, mécréant, kafer etc.... lui qui se dit musulman n'a qu'à appliquer la charia dans son domicile à sa famille, pour les autres ça ne le concerne pas qu'ils soient athées, ou jouifs ou chrétiens. ce pays appartient à tout le monde , mais alors quel culot.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs