Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Norman Mclaren et l’animation canadienne en fête au 13ème FICAM

Eric Goldberg du mythique studio Disney parmi les invités




Norman Mclaren et l’animation canadienne en fête au 13ème FICAM
Pour le plaisir des petits, des plus grands et des professionnels de l’animation, la capitale  ismaélite accueille, du vendredi 21 au mercredi 26 mars, la 13ème édition de son magnifique Festival de cinéma d’animation : (FICAM). 
Organisée par la Fondation Aïcha en partenariat avec l’Institut français de Meknès, cette édition « est marquée par un focus consacré à l’animation canadienne et par une programmation inédite et ambitieuse résonnant avec l’installation du tout nouvel équipement numérique du théâtre de l’Institut français de Meknès agrémenté de la technologie 3D », s’est réjouie l’équipe d’organisation lors d’une rencontre tenue récemment à Casablanca.
« C’est une édition qui s’annonce très riche avec une soixantaine d’invités qui viennent d’Europe, d’Amérique du Nord, d’Afrique et des pays voisins », apprécie Alain Millot, le directeur de l’IF de Meknès. 
Confiant quant à l’affluence que connait d’année en année ce rendez-vous de l’animation, ce dernier souligne à ce propos que « c’est un bel héritage qu’on essaie encore de faire progresser». 
Directeur artistique du Ficam, Mohamed Beyoud a indiqué pour sa part que l’une des clés du succès du Ficam est la formation dispensée aux jeunes. A ce sujet, il précise : « Plus de 70 étudiants venant pratiquement de toutes les écoles de cinéma et d’art au Maroc prendront part à nos différents ateliers de formation. Cela veut dire que la relève est peut-être parmi ces jeunes qui viendront se former à Meknès», se réjouit-il, précisant que trois étudiants de l’Académie libanaise des Beaux-Arts du Liban (ALBA) bénéficieront également de ces formations.
« Ficam n’est pas seulement de la programmation, à titre récréatif ou de découverte, c’est aussi de la formation dans le cadre d’un processus professionnalisant», a insisté Alain Millot. 
Très attaché à son objectif de toujours, Ficam vise à sensibiliser le public marocain au cinéma d’animation et à l’évolution de ses formes, à accompagner l’émergence de jeunes talents marocains dans l’industrie du cinéma d’animation mais aussi d’inscrire la ville de Meknès comme plate-forme au Maroc, en Afrique et dans le monde arabe, du cinéma d’animation. 
Pour atteindre cet objectif, l’équipe d’organisation concocte chaque année une programmation à la hauteur de ses ambitions.
Ainsi, outre les projections organisées dans le cadre des rendez-vous « Grand public » (Ecran large), « Le Pique-nique Ficam » et « Le Ciné Médina », la 13ème édition met cette année à l’honneur le cinéma d’animation canadien à travers notamment l’hommage qu’il rend au grand Norman Mclaren et un focus sur l’Office national du film du Canada (ONF).
Le public aura ainsi droit, avant chaque projection, à un court-métrage du cinéaste qui a ouvert de nouvelles perspectives au cinéma d’animation et dont on célèbre cette année le centenaire de sa naissance.
Dans ce cadre, carte blanche sera donnée à la productrice Julie Roy sur « la place de la femme dans le cinéma d’animation », à Marco de Blois (programmeur et conservateur à la Cinémathèque québécoise) sur « Le cinéma expérimental canadien » et à l’artiste et auteur Steven Woloshen (« Abstractions et lumière en Afrique du Nord »). 
Egalement au programme, l’avant-première de « La légende de Sarila » en présence de la réalisatrice Nancy Florence Savard.
Pour sensibiliser les enfants au langage des images et apprendre ces derniers à devenir spectateur, Ficam 2014 propose, dans le cadre du programme « Trop Classe le ciné », un bouquet de longs et courts-métrages signés par les plus grands noms de l’animation française et internationale. Ainsi qu’un Ciné-concert avec Serge Bromberg sur des films du patrimoine cinématographique mondial. 
L’édition 2014 ouvre également les coulisses de la création aux étudiants d’écoles d’art marocaines qui pourront se familiariser aux différentes techniques du secteur et échanger avec les plus grands noms de la profession. « Ces jeunes auront le privilège de prendre part à la master class d’une légende du cinéma d’animation en la personne d’Eric Goldberg, réalisateur de renom au mythique studio Disney », confie Mohamed Beyoud.
Il est à noter que les professionnels invités animeront des ateliers sur le scénarimage, Tat production, le documentaire animé, les techniques de Mclaren et le film « Achour », entre autres. 
Outre les rencontres thématisées et des  expositions, Ficam organise, comme chaque année, le Grand Prix Aïcha de l’animation dont le précédent lauréat (Abdellatif Alayyady) aura le privilège d’ouvrir cette édition avec son court-métrage : Festin.
La compétition internationale du court-métrage d’animation, «Courts Compet’», doté de six prix dont le Grand prix (3000 euros), réunit cette année 36 meilleures productions internationales sur les 200 films  soumis au jury de présélection.
Notons que le coup d’envoi de la 1ère édition de la compétition internationale du long-métrage d’animation, «Long Compet’», à laquelle vont concourir cinq longs-métrages devant un jury juniors composé de 8 lycéens meknassis.
Enfin, la « Librairie Ficam » figure à nouveau au programme. « C’est un nouveau concept qu’on a testé l’année dernière et que nous reconduisons cette année. Le principe est de mettre à disposition des livres en relation avec l’animation », a souligné Widad Chraibi, la secrétaire générale de la Fondation Aïcha.
Pour rappel, le Festival délocalise chaque année une partie de son programme dans l’ensemble du réseau des Instituts français du Maroc. La nouveauté est que « des professionnels  invités au Ficam vont accompagner les films et les présenter au public des 10 villes du réseau français du Maroc », a confié à Alain Millot.
Soulignant la vocation culturelle et éducative de la Fondation Aïcha et son implication dans le développement et la pérennisation du Festival, Mardochée Devico a annoncé que l’institution dont il est le président et l’IF de Meknès « déploieront dans les mois à venir énergie et moyens pour créer un centre de ressources sur le cinéma d’animation, à la médiathèque de l’Institut ». Cet espace permettra au grand public et aux futurs professionnels d’accéder « à une documentation fournie sur le cinéma d’animation de manière permanente ». 

Alain Bouithy
Mardi 18 Mars 2014

Lu 673 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs