Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Non à la libre circulation sur fond de tractations en off avec les enseignants stagiaires


Dérapages tous azimuts du gouvernement Benkirane



«Est garantie pour tous, la liberté de circuler et de s’établir sur le territoire national, d’en sortir et d’y retourner, conformément à la loi ». Le dernier alinéa de l’article 24 de la Constitution 2011 vient d’être bafoué par le gouvernement en fin de semaine. Beaucoup d’enseignants stagiaires qui voulaient prendre part à la marche nationale dimanche dernier à Rabat ont, en effet, été empêchés de rallier Rabat. L’Exécutif a eu recours à ce procédé insolite et anticonstitutionnel après l’échec de toutes les menaces qu’il a proférées pour dissuader les enseignants stagiaires d’organiser leur marche nationale. Ce fut peine perdue puisque l’obstination de ces derniers leur a permis de tourner en eau de boudin toutes les entraves dressées face à une lame de fond qui ne fait que traduire le ras-le-bol général allant crescendo.
« Des enseignants de Safi, Oujda et Marrakech ont été interdits de regagner la capitale », nous a assuré Mohamed Kanjaa responsable de la coordination locale de Kénitra et membre de la Coordination nationale des enseignants stagiaires au Maroc. Il nous a également précisé que des enseignants stagiaires ont été brutalisés et interpellés à Oujda,  que des mokaddems ont empêché des enseignants de monter dans les cars à Safi et que les forces de l’ordre ont interdit aux autocars transportant des enseignants de quitter la gare routière de  Marrakech.
Bravant les menaces proférées par le gouvernement et les différents obstacles érigés par les autorités, des milliers d’enseignants stagiaires ont, néanmoins, pu défiler hier matin dans la capitale du Royaume depuis Bab El Had jusqu’au Parlement. Ils ont scandé des slogans contre le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane et son ministre de l’Education nationale, Rachid Belmokhtar et appelé à annuler les deux décrets qui ont été à l’origine de la situation actuelle. Il s’agit en l’occurrence du décret portant n°2.15.5882 qui sépare la formation du recrutement et du décret n° 2.15.5889 réduisant de moitié des bourses mensuelles qui passent ainsi de 2.454,51 à 1.200 DH.
« En dépit des menaces et des manœuvres du gouvernement, notre marche a été une réussite. Le nombre de manifestants a largement dépassée celui de la  marche que nous avons organisé récemment », a affirmé Kanjaa.
Et contrairement à ce qui s’est passé récemment dans plusieurs villes notamment à Inezgane où les forces de l’ordre ont violemment réprimé les participants, la marche d’hier s’est déroulée dans le calme et sans heurts.
La veille, une réunion a été tenue entre des représentants de la Coordination nationale des enseignants stagiaires au Maroc et les autorités de Rabat pour trouver une issue à ce conflit.
En l’occasion, les autorités locales ont affirmé que le gouvernement était prêt à recruter les enseignants de cette promotion via deux concours : le premier organisé en août 2016 et le  second quatre mois plus tard. Même si elle n’émane ni de l’autorité gouvernementale qui a signé les deux décrets litigieux ni du chef de l’Exécutif, cette proposition constitue un revers pour celui-ci  et notamment pour son chef, en l’occurrence Abdelilah Benkirane qui a  affirmé lors du Conseil du gouvernement tenu jeudi dernier que son cabinet « ne compte pas faire machine arrière concernant les deux décrets régissant la formation et le concours d’accès aux Centres régionaux des métiers d’éducation et de formation (CRMEF)».
 «Nous avons reçu cette proposition, mais nous n’en avons reçu aucune concernant la question la bourse. Nous n’avons pas encore donné notre aval à la première puisque c’est la conseil national de la Coordination qui tranchera prochainement à ce propos», a conclu notre interlocuteur.


 

T. Mourad
Lundi 25 Janvier 2016

Lu 1443 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs