Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Non à la déchéance de citoyenneté pour les Marocains résidant à l’étranger !


USFP- Secrétariat provincial-France



Le Secrétariat provincial – France de l’Union 
Socialiste des Forces Populaires a émis un communiqué dans lequel il dénonce la décision du gouvernement Abdelilah Benkirane de déchoir  les Marocains résidant 
à l’étranger de la 
citoyenneté marocaine 
en les privant de la représentation  
parlementaire pour  
les  prochaines élections législatives.

« Nous avons appris avec stupéfaction la décision du gouvernement Abdelillah Benkirane de déchoir  les Marocains résidant à l’étranger de la citoyenneté marocaine en les privant de la représentation  parlementaire pour les  législatives  du  7  octobre  2016.  Cette  vision  régressive  et  antidémocratique  était prônée, jusqu’à présent,  principalement  par  les  responsables  du  CCME.  Le  gouvernement  marocain a  refusé et  la  formule des circonscriptions  électorales  législatives de l'étranger et  la  liste  spécifique MRE.    Le  message  du  gouvernement est clair : les droits  constitutionnels des Marocains du  monde,  tels  qu’ils  sont  mentionnés  dans  la  nouvelle  Constitution  de  juillet  2011, adoptée  par  référendum  auquel  ont  participé  également les  MRE,  n’engagent  pas les autorités  gouvernementales. 
L’Etat  marocain continue  à  considérer  les  Marocains  de  l’étranger  comme  des  citoyens au rabais, tout juste bons pour renflouer les caisses et garantir les équilibres financiers. Nous  assistons  à    une  flagrante  régression  en  matière  de  droits  politiques  des  citoyens  marocains  à l’étranger et à une trahison intellectuelle et citoyenne au point que la majorité  gouvernementale renie ses propres propositions de loi.   
Dans  le  contexte  régional,  notre  pays  est  souvent  cité  comme  exemple  de  pays  réalisant  des  avancées  démocratiques.  L’intention  gouvernementale  va  placer  le  Maroc  comme  l’un  des  pays  d’exception  pratiquant  l’exclusion  de  ses  citoyens  à  l’étranger  de  la  gestion  directe  des  affaires  publiques  contrairement  à  d’autres  pays  voisins  présentant  des  exemples de représentation  parlementaire réussis (Algérie, Tunisie, Egypte, France, Italie, Portugal)     Le gouvernement a clairement oublié la dynamique de changement entamée en février 2011, qui a  conduit à la Constitution de juillet 2011 et que nous considérons comme une étape importante dans  le  parachèvement  du  processus  démocratique  entamé  en  1975  devant  conduire  à  l’instauration  d’une  monarchie  parlementaire.  Cette  Constitution  prévoit  une  extension  des  droits  dans  de  nombreux domaines, y compris ceux concernant les MRE (article 17 notamment).    
-  L’USFP-France réaffirme son  attachement à la suprématie de la  Constitution et son application et  considère que toute pratique  incompatible avec son essence démocratique, constituerait une transgression inacceptable, contraire à la volonté des Marocains qui aspirent à plus de démocratie et  au respect de leurs droits les plus élémentaires.   
 -  L’USFP-France considère que priver les Marocains résidant à l'étranger de l'exercice effectif de leur droit constitutionnel de représentativité au Parlement marocain revient à vider de son essence la notion de marocanité. Le contenu donné par le Maroc à la citoyenneté des Marocains résidant à l'étranger  et des binationaux interpelle l’ensemble des marocains.    Enfin,  le  projet  de  loi  organique  adopté  par  le  Conseil  gouvernemental  le  15  avril  2016,    qui  se  caractérise  par  son  aspect  anti-démocratique et inadmissible,  nécessite  un  sursaut  national  dans  l'intérêt  du  pays  et  de  la  communauté  marocaine  résidant  à  l'étranger,  partie  intégrante  du peuple marocain.    
L’USFP-France  lance  un  appel  pour  une  large  mobilisation  citoyenne  visant  la  défense et la mise  en  œuvre  des  droits constitutionnels des Marocains du monde et confirme son soutien aux initiatives de la société  civile ici et là-bas pour un exercice des droits à la citoyenneté effective, aujourd’hui et non reportée à une date indéfinie ». 

 Paris, le 19 avril 2016 

Union Socialiste des Forces Populaires Secrétariat Provincial – France
Lundi 25 Avril 2016

Lu 1537 fois


1.Posté par hamid le 24/04/2016 18:04
Si tout les marocains qui ont un membre de leur famille à l'étranger ne voteront pas pour Benkirane.Je me demande combien il aura de votants

2.Posté par Azzeddine Qarouach le 24/04/2016 23:26 (depuis mobile)
sí C est le cas cesson de passer nos vacances au Maroc et n''envoyez plus vous épargnes on va voir qui paiera le salaire de Benkirane et les partisans de cette exlusions.
On est Marocain à part entière et on le restera à vie .

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs