Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nombre "alarmant" de décès dans un camp de réfugiés de l'ONU au Soudan du Sud

Le plus jeune Etat du monde et l’un des plus pauvres est au bord de la faillite




Nombre "alarmant" de décès dans un camp de réfugiés de l'ONU au Soudan du Sud
Maladies et malnutrition provoquent un nombre "alarmant" de décès dans un camp de l'ONU où s'entassent des réfugiés fuyant les combats au Soudan du Sud, a alerté vendredi Médecins sans frontières (MSF).
"Trois enfants âgés de moins de cinq ans meurent chaque jour" dans le camp de Bentiu, capitale de l'Etat pétrolier d'Unité (nord), l'une des régions les plus durement frappées par plus de six mois de guerre civile, a indiqué MSF dans un communiqué.
"Cela devient rapidement catastrophique", a souligné Nora Echaibi, qui dirige l'hôpital de MSF dans le camp de Bentiu.
L'ONU a annoncé jeudi que sa mission au Soudan du Sud, la Minuss, accueillait dans ses bases quelque 95.000 réfugiés, un chiffre record depuis le début du conflit en décembre 2013. Selon les Nations unies, près de 38.000 personnes sont réfugiées dans le camp de Bentiu.
"Des maladies qui pourraient être prévenues et une malnutrition aiguë sévère provoquent un nombre alarmant de décès", a souligné MSF, ajoutant que des pluies torrentielles avaient inondé une large partie du camp.
"La plupart des décès sont dus à des cas de diarrhée aiguë, de pneumonie et de malnutrition qui sont liés aux difficiles conditions" de vie dans le camp, a expliqué l'ONG.
Ce camp ne dispose que d'une latrine pour plus de 240 personnes, et les réfugiés "se retrouvent obligés de boire dans des flaques d'eau qui sont souvent contaminées par des excréments humains", a-t-elle précisé.
Selon la Minuss, la plupart des nouvelles installations construites par l'ONU pour accueillir l'afflux de civils dans ses bases sont désormais terminées ou en passe de l'être.
La guerre qui déchire le plus jeune Etat du monde, et l'un des plus pauvres, a fait des milliers, voire des dizaines de milliers de morts, et a forcé plus de 1,5 million de personnes à fuir leur foyer.
Emaillé de massacres ethniques et d'atrocités, le conflit qui oppose le président Salva Kiir au chef de la rébellion, son ancien vice-président Riek Machar, a conduit le pays au bord de la famine, selon des ONG. 
 

AFP
Samedi 21 Juin 2014

Lu 96 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs