Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nœuds




Nœuds
Elle est venue porter son linge, comme cela, mine de rien. Plutôt l’air d’une bonne épouse, un peu bourgeoise sur les bords, portant sur elle, l’habit de la pudeur et sur sa face, le voile. Une femme bien sous tout rapport. En cette veille de l’Aïd, alors que d’autres préparent des crêpes et des gâteaux
à l’avance, elle s’occupe de porter son linge au pressing. Non pas son linge à elle, mais son linge, à lui. Et devinez ce que c’est ? Un habit de ville complet. Une veste, un pantalon, une chemise et cerise sur le gâteau, une cravate. Une ravissante cravate jaune poussin, avec des motifs, bleu foncé, parfaitement assortie à la chemise.
Nous la regardons, tous, accoudés au comptoir. Qui dans l’attente d’un pantalon en fin de repassage, qui d’une une veste en instance de dégraissage. L’employée, plie la veste, le pantalon, la chemise parfaitement repassée dans un papier qu’elle déroule. Elle tend le paquet à la dame et prend le billet que cette dernière lui tend, rend la monnaie en même temps que la cravate qu’elle ne prend pas la peine de plier, par crainte de la froisser.
Heureux est l’homme qui trouve femme pieuse pour lui laver son linge et le repasser ! Mais la dame ne s’en va pas. L’employée froisse les sourcils.
Nous la regardons franchement. Elle est gênée, elle plie un peu la tête, garde la cravate dans une main, un peu suspendue.
Nous attendons tous qu’elle parte mais elle ne s’en va pas. Soudain, elle ose enfin lever la tête et s’adressant à nous tous mais en regardant seulement le comptoir, elle demanda à ce qu’on lui fasse un nœud, nous sommes de plus en plus perplexes. Un nœud ? Un nœud, de cravate pardi !
En arriva une autre. Portant dans ses bras une chose emmitouflée qu’on crut d’abord être un bébé. Une pointe de museau rouge et des petites oreilles. Un bébé oui, mais un bébé ours, un ourson … en peluche. Le même port de djellaba, la même mise dans le foulard. Le même type de femme. Le type de femme à laver son nounours, dans une blanchisserie, avec recommandation de ne pas trop «défroisser le nœud ». Le nœud ? Le nœud du papillon rouge qui sert de cravate. A l’ourson en peluche !
C’en est bientôt fini de ces femmes à nœuds !
 

 

SIBA NOUFISA
Jeudi 9 Août 2012

Lu 398 fois


1.Posté par bellafkih le 10/08/2012 12:01
C'est beau cet article

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs