Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ni revendication ni suspect après le double attentat du marathon de Boston

Bombes artisanales à l’origine du drame ayant endeuillé les Etats-Unis




Ni revendication ni suspect après le double attentat du marathon de Boston
Le FBI a rendu publiques mercredi des images de morceaux de métal provenant d'une cocotte-minute qui aurait été utilisée pour le double attentat ayant endeuillé le marathon de Boston et pour lequel aucune revendication n'a été faite et aucune piste apparemment privilégiée.
Le FBI a publié des photos de morceaux de morceaux de métal ainsi que d'un sac à dos noir déchiqueté dans lequel, selon le FBI, l'une des deux bombes, bourrée de clous et de billes de métal, avait été cachée.
Alors qu'aucune revendication n'avait été émise et que la police ne privilégiait apparemment à ce stade ni une piste américaine ni une piste étrangère, plusieurs cérémonies chargées d'émotion en hommage aux victimes se sont tenues tard mardi à Boston.
Dans un pays traumatisé, dont les télévisions repassaient les images des victimes ensanglantées, Barack Obama a annoncé qu'il se rendrait jeudi dans la capitale du Massachusetts (nord-est) pour une cérémonie religieuse œcuménique.
Le travail des enquêteurs s'annonçait colossal. Sur les lieux de l'attentat, ils ont retrouvé "des morceaux de nylon noir qui pourraient avoir été un sac à dos et des fragments de plomb et clous, peut-être contenus dans une cocotte-minute".
Ce type d'engins explosifs, peu sophistiqués sont souvent utilisés dans des attentats en Irak ou en Afghanistan.
Les nombreux débris collectés ont eté envoyés pour analyse au laboratoire du FBI à Quantico, en Virginie.
Les enquêteurs ont commencé à étudier le contenu de toutes les caméras de surveillance, de tous les débris laissés par les bombes. Et ils ont demandé aux Bostoniens de leur transmettre "toute photo ou vidéo" qui pourrait aider l'enquête qui mobilise désormais, selon le FBI, plus de 1.000 personnes.
Boston traumatisée, mais confortée par la générosité de multiples gestes d'entraide, a rendu mardi soir un hommage aux victimes, à l'occasion de différentes veillées.
L'une d'elle était consacrée à la plus jeune des victimes, un petit Bostonien de 8 ans, Martin Richard, tué peu après avoir embrassé son père sur la ligne d'arrivée du marathon. Sa petite soeur, 6 ans, a perdu une jambe et pourrait subir une amputation de la deuxième, selon les médias américains.

AFP
Jeudi 18 Avril 2013

Lu 308 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs