Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News




News
Turquie

Les procureurs turcs ont ordonné l'arrestation de 85 fonctionnaires des ministères de l'Energie et de l'Education, dans le cadre de l'enquête sur la mouvance du prédicateur Fethullah Gülen, qu'Ankara accuse d'avoir orchestré la tentative de putsch de juillet dernier, a rapporté mardi la chaîne de télévision CNN-Türk.
On ne dispose pour le moment d'aucune autre précision. Cinquante mille personnes ont été placées officiellement en état d'arrestation dans le cadre des enquêtes visant les partisans de Gülen, qui vit en exil aux Etats-Unis. Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui devait doit rencontrer hier Donald Trump à Washington, réclame l'extradition du prédicateur.
Lundi, la justice turque a placé en détention le rédacteur en chef de l'édition en ligne du journal Cumhuriyet, proche de l'opposition, en attendant qu'il soit jugé pour propagation de propagande terroriste, a fait savoir ce quotidien.
Oğuz Güven rejoint en prison une dizaine d'autres journalistes de Cumhuriyet, accusés d'avoir soutenu la mouvance güléniste.

Papouasie

L'ONG Amnesty International a demandé mardi une enquête indépendante sur les méthodes des forces de sécurité de Papouasie-Nouvelle-Guinée, après la mort de 17 détenus dans une tentative d'évasion.
Ces hommes ont été abattus par balle après une évasion collective vendredi matin de la prison de Buimo à Lae, la deuxième ville du pays, a annoncé la police.
Au moins 57 prisonniers sont toujours en cavale. Beaucoup de ces détenus attendaient d'être jugés pour des crimes violents, comme des attaques à main armée ou des cambriolages.
La police avait déjà abattu 12 détenus lors d'une évasion de la même prison l'année dernière. Le journal The National avait affirmé que seuls 15 des 87 détenus qui s'étaient alors évadés avaient été rattrapés, la plupart grièvement blessés.
"Il est effrayant que la première réponse des forces de sécurité ait été de recourir à la force mortelle contre des personnes non armées, sans aucune préoccupation pour leur droit à vivre", a déclaré Champa Patel, directrice d'Amnesty pour l'Asie du Sud-Est et le Pacifique.

Libé
Mercredi 17 Mai 2017

Lu 182 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs