Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nejjar, Mouftakir et Lasri signent trois courts métrages sur le sida : «Terminus des anges» pour dénoncer préjugés et ignorance




Nejjar, Mouftakir et Lasri signent trois courts métrages sur le sida : «Terminus des anges» pour dénoncer préjugés et ignorance
Savoir que des cinéastes s’impliquent dans la lutte contre le Sida et tout particulièrement l’ignorance qui entoure cette maladie, la stigmatisation sociale et la solitude  éprouvent les personnes infectées est une bonne nouvelle à tous points de vue.
C’est dans cet esprit que trois cinéastes, Narjiss Nejjar, Mohamed Mouftakir et Hicham Lasri ont réuni leur talent pour écrire et réaliser «Terminus des anges», un programme de trois films courts ayant pour fil conducteur le sida.
A travers cette fiction de 86 minutes, les réalisateurs marocains entendent lancer une réflexion sur l’ignorance qui entoure le sida au Maroc, un sujet considéré comme tabou à bien des niveaux. Et que les cinéastes ont voulu porter au grand écran en prenant soin de mettre « des mots à la place de nos silences honteux ». Ces trois courtes histoires s’articulent autour de personnages qui nous ressemblent ou que l’on aurait pu croiser un jour. Des personnages qui se croisent dans un même drame et dont les histoires témoignent d’une réalité sociale souvent ignorée. Et qui relatent en définitive « un Maroc en proie à ses interrogations, sourdes parfois, criantes de vérités souvent. Le parti pris est celui de révéler les coulisses de l’individu face à la maladie, l’individu face à la société, la société face à la maladie et l’individu face à lui-même », souligne-t-on.
Sanaa Akroud, Nadia Niazi, Salah Bensalah, Sam Kanater, Sanaa Alaoui sont les protagonistes de ces trois histoires courtes. Avec Xavier Castro (chef opérateur), Karim Ronda/Patrice Mendez (ingénieur du son) et Julien Foure (montage).
On doit à Narjiss Nejjar, une réalisatrice singulière, des productions comme «L'Exigence de la dignité» (1994), «Khaddouj (1996), «Le Septième ciel» (2001), «Le Miroir du fou» (2001), «La Parabole» (2002), «Les Yeux secs» (2003) et «Wake up Morocco» (2006).
Considéré comme l'un des grands espoirs du cinéma marocain, Mohamed Mouftakir a réalisé «Chant funèbre» (2007) «Danse du foetus» (2005) et «Pégase» (2010).
Hicham Lasri est le scénariste et réalisateur de courts-métrages dont «Jardin des Rides», «Ali J'nah Freestyle», «Lunati(K)a» et «Géométrie du remords». Ce talentueux jeune réalisateur a aussi signé «Rahma», «Tiphinar», tissée de mains et d'étoffes (Hadith Al Yad Wal Kittan), entre autres. La projection en avant-première de «Terminus des anges» a lieu ce soir à 19h30 au cinéma Ritz, en présence de l’équipe du film. Le film est programmé au Mégarama dès ce mercredi.

ALAIN BOUITHY
Lundi 13 Juin 2011

Lu 494 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs