Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Négociations cruciales sur le nucléaire iranien à Tel Aviv

Hollande en visite en Israël




Négociations cruciales sur le nucléaire iranien à Tel Aviv
Le président français François Hollande est attendu dimanche à Tel-Aviv pour sa première visite d’Etat en Israël au moment où la France apparaît aux côtés des Israéliens avant des négociations cruciales sur le programme nucléaire controversé iranien.
Durant son séjour de trois jours, l’un des plus longs à l’étranger depuis le début de son quinquennat, M. Hollande au plus bas dans les sondages, espère en outre peser sur le processus israélo-palestinien dans l’impasse et tentera de relancer des relations économiques et commerciales que Paris juge indignes «de la qualité de la relation politique».
Après son arrivée à la mi-journée à Tel-Aviv, il aura des entretiens avec son homologue israélien Shimon Peres et le Premier ministre Benjamin Netanyahu.
M. Netanyahu a fait savoir qu’il attendait «impatiemment» M. Hollande, qualifié d’»ami proche d’Israël», qui sera accompagné notamment du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, à la manœuvre pour hausser le niveau d’exigences dans les négociations multilatérales nucléaires avec Téhéran à Genève.
Pour l’Elysée, si «l’approche tactique» de la France peut différer de celle d’Israël, les deux pays s’accordent que le «volet militaire» du programme nucléaire iranien «doit cesser».
Téhéran dément chercher à se doter de l’arme nucléaire.
La position de la France sur l’Iran «n’est pas pour plaire à tel ou tel Etat», souligne-t-on à Paris. «C’est une proposition claire découlant du principe: nucléaire civil oui, bombe atomique non».
«La France s’identifie avec Israël sur la question de l’Iran. Elle se voit comme une puissance méditerranéenne quand les Etats-Unis sont une puissance atlantique éloignée», estime Ovadia Sofer, ex-ambassadeur d’Israël en France, en soulignant les intérêts économiques français dans les monarchies arabes du Golfe qui se sentent menacées par Téhéran.
Les relations entre Israël et les Etats-Unis traversent une grave crise sur le dossier nucléaire.
Sur le dossier israélo-palestinien, M. Hollande, qui rencontre lundi à Ramallah le président palestinien Mahmoud Abbas et s’exprime devant le Parlement israélien à Jérusalem, entend «encourager» les deux parties à réaliser les «compromis» et «efforts nécessaires», selon l’Elysée.
Persuadé de «l’influence» de la France dans la région, le président français, accompagné d’une demi-douzaine de ministres, plaidera pour «une solution à deux Etats» avec des garanties de sécurité pour Israël et de viabilité pour la future Palestine. Il devrait à nouveau dénoncer la colonisation juive.
Un représentant du mouvement islamiste Hamas à Gaza, Salah al-Bardawil, a dénoncé la visite de François Hollande, jugeant qu’elle allait «appuyer Israël».

AFP
Lundi 18 Novembre 2013

Lu 295 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs