Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nécessité de renforcer les compétences de plaidoyer dans les affaires relevant des droits de l'Homme

Les participants au colloque ont souligné la nécessité d'activer des méthodes d'adaptation des législations nationales aux conventions internationales




Les participants à un colloque national, organisé samedi à Laâyoune, ont insisté sur la nécessité de renforcer les compétences de plaidoyer dans les affaires relevant du droit international humanitaire, du droit international des droits de l'Homme et de renforcer les capacités des personnes et organismes intéressés par les questions précitées, notamment les ONG, les journalistes et les personnes chargées de l'application des lois.
Dans les recommandations publiées à l'issue des travaux du colloque organisé par la Commission régionale des droits de l'Homme à Laâyoune-Es Smara, la Faculté de droit Agdal-Rabat, en partenariat avec le Conseil régional de la région Laâyoune-Sakia El Hamra, en collaboration avec le ministère de la Justice et des libertés, la Commission nationale du droit international humanitaire et la délégation interministérielle aux droits de l'Homme, en présence d'une pléiade d'enseignants universitaires, les intervenants ont mis l'accent sur la nécessité de renforcer la diplomatie universitaire en relation avec les droits de l'Homme et le droit international humanitaire avec ses connotations nationales, internationales, législatives et institutionnelles.
Les participants ont jugé nécessaire la formation des acteurs associatifs dans l'élaboration des rapports pour la mise en oeuvre des conventions internationales des droits de l'Homme, faisant part de l'engagement des partenaires : la Faculté de droit Agdal-Rabat, la commission régionale des droits de l'Homme de Laâyoune-Es Smara à organiser des universités de la saison dédiées aux droits de l'Homme, au droit international humanitaire, des sessions de formation avancées à l'échelle nationale et internationale.
Les intervenants ont souligné la nécessité d'activer des méthodes d'adaptation des législations nationales aux conventions internationales, notamment celles relatives au droit international des droits de l'Homme et au droit international humanitaire et de généraliser les "cliniques juridiques" selon des approches modernes pour traiter et gérer les plaintes.
Lors des travaux de ce colloque, qui se sont articulés autour de ''La législation marocaine - les conventions internationales des droits de l'Homme - le droit international humanitaire : enjeux, défis de l'adaptation'', les participants ont estimé nécessaire la conclusion de conventions de partenariat et de coopération avec tous les intervenants portant sur les politiques publiques dans les provinces du Sud s'inscrivant en droite ligne des programmes de développement socioéconomique de la région, appelant les médias à accompagner les évolutions structurelles que connaissent les provinces du Sud d'une manière qui soit en phase avec les développements de la cause nationale. Les intervenants se sont félicités des efforts déployés par la commission régionale des droits de l'Homme à Laâyoune-Es Smara pour la promotion des droits de l'Homme, la mise en oeuvre des politiques publiques relatives aux prisons, à l'immigration, au handicap et à l'éducation aux droits de l'Homme. Les recommandations précitées interviennent pour rappeler la conjoncture régionale et internationale du processus de la cause nationale, pour confirmer l'engagement du Maroc à honorer ses engagements internationaux en matière de droit international des droits de l'Homme et de droit international humanitaire et à accompagner les enjeux du modèle de développement pour les provinces du Sud qui revêt des dimensions économique, sociale, politique, de droits de l'Homme et culturelle, ont expliqué les participants.
Les intervenants ont, aussi, mis en valeur le rôle de l'université en tant que force de proposition scientifique ayant pour objectif d'accompagner les plans stratégiques au service de la cause nationale, de dynamiser le rôle prépondérant de la magistrature et des juges en tant que mécanismes de garantie et de protection des droits de l'Homme dans les provinces du Sud.

Mardi 19 Avril 2016

Lu 817 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs