Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ne serait-on pas en passe de tordre le cou à la Constitution ? Désignation ou investiture, il faut savoir




Ne serait-on pas en passe de tordre le cou à la Constitution ? Désignation ou investiture, il faut savoir

Pas besoin d’être grand clerc pour comprendre qu’il y a tout un écart entre la nomination et l’investiture d’un gouvernement.  Le texte de la Constitution 2011 a le mérite d’être clair à ce propos. Apprécions ce passage de l’article 88 : «Le gouvernement est investi après avoir obtenu la confiance de la Chambre des représentants exprimée par le vote à la majorité absolue des membres composant ladite Chambre en faveur du programme du gouvernement».
Le chef du gouvernement désigné n’a, que l’on sache, pas présenté son programme devant l’une ou l’autre Chambre du Parlement et ne peut de ce fait se targuer d’avoir obtenu quelque confiance que ce soit. Une question s’impose en toute logique : Quel serait le bien-fondé de cette passation de pouvoir à laquelle se sont livrés les tout nouveaux (et pas tout à fait) ministres, trop pressés à l’évidence de prendre possession des locaux qu’occupent les toujours ministres censés devenir leurs prédécesseurs ?Constitutionnellement parlant, on est en 2011, mais il y en a qui seraient encore à l’heure de la Constitution de 1996. Celle-ci donnait au Roi seul la prérogative de désigner le gouvernement sans que le Parlement y soit vraiment mêlé de manière effective. Il avait tout au plus à voter le programme du gouvernement  et non à propos du gouvernement en lui-même. L’investiture ne faisait donc pas partie de ses attributions.
Par ailleurs, le gouvernement fraîchement désigné mais, répétons-le, pas encore investi, ne choque pas que par le fait d’avoir fait du principe de la parité le cadet de ses soucis, mais par sa structure elle-même. L’article 87 de la Constitution 2011 stipule : «Le gouvernement se compose du chef du gouvernement et des ministres et peut comprendre aussi des secrétaires d’Etat ».
Sauf que celui de Benkirane se trouve être en flagrant délit de violation de cette disposition. Il compte bien un ministre d’Etat et un secrétaire général du gouvernement, Baha et Dehak et sept ministres délégués, Draiss, Amrani, Maâzouz, Boulif, El Guerrouf, Al Idrissi et Loudiyi, en l’occurrence.
Et c’est avec tout ce monde que le gouvernement Benkirane tient son premier Conseil aujourd’hui.

M.B.A.
Jeudi 5 Janvier 2012

Lu 789 fois


1.Posté par ahmed ben abdelaziz le 06/01/2012 06:56
La devise dans le plus beau pays au monde, comme disent ceux qui ont beaucoup de moyens et très souvent illégalement, c'est: dorénavant ça sera comme toujours.Ceux qui ont cru quil y aurait
un changement,croientt encore au père noël.Réveillez vous braves gens,la démocratie, ne tombe pas du ciel et ce ne sont pas les courbettes à répétition qui vont changer les choses.L'exception marocaine ,la voici: nous sommes des sujets et tant que cette situation ne changera pas,rien ne se produira de positif pour le peuple.
Au fait,tu ne sais pas qui je suis???

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs