Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nawaz Sharif face aux talibans pakistanais

Redresser l’économie et lutter contre le terrorisme




Nawaz Sharif face aux talibans pakistanais
Le futur Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, vainqueur des législatives de samedi, devrait être un allié «pragmatique» des Etats-Unis, peu enclin à abandonner la lutte contre les talibans et surtout pressé de redresser l’économie du pays, selon des analystes.
Premier ministre à deux reprises dans les années 90, à une époque où le Pakistan ne souffrait pas au quotidien d’attentats, Nawaz Sharif avait suggéré dans la campagne électorale la tenue de pourparlers avec les talibans pakistanais du TTP, responsable de la mort de milliers de personnes depuis six ans.
Le TTP a d’ailleurs revendiqué une cascade d’attentats meurtriers pendant la campagne électorale contre les membres laïcs de la coalition sortante au pouvoir à Islamabad.
La Ligue Musulmane (PML-N) de Nawaz Sharif a quant à elle été épargnée par ces attaques, ce qui a facilité l’organisation de ses rassemblements, mais aussi soulevé des questions sur une possible proximité avec des groupes islamistes armés.
Et le président américain Barack Obama a affirmé que Washington allait travailler avec le gouvernement de M. Sharif comme des «partenaires égaux».
Selon Jonah Blank, ancien directeur du Comité des Affaires étrangères du Sénat sur l’Asie du Sud, la rhétorique anti-américaine de Nawaz Sharif pendant la campagne ne mènera pas à une politique de confrontation avec Washington.
«Il n’y a rien pour étayer l’idée qu’il est un chef extrémiste ou que sa rhétorique, anti-américaine ou pro-islamiste, se traduira par une politique d’affrontement» avec Washington, dit-il.
Après tout, Nawaz Sharif avait soutenu les offensives de l’armée contre les insurgés islamistes en 2009 dans la vallée de Swat et le district tribal du Waziristan du Sud, près de la frontière afghane.
«Le point central du manifeste de Nawaz Sharif est que nous ne pouvons pas négocier avec des gens qui n’acceptent pas nos institutions, notre constitution, notre parlement et notre système judiciaire», explique Sartaj Aziz, un haut responsable de son parti. Le Pakistan a plutôt besoin d’une «stratégie mixte» basée sur un savant dosage d’actions armées et négociations avec les insurgés, ajoute-t-il.
«La guerre contre le terrorisme et la campagne des drones s’effacent de toute façon, il ne sera donc pas trop bavard sur ces dossiers...», soutient M. Gul, alors que tous s’entendent pour dire que l’économie sera le chantier prioritaire de M. Sharif alors que le Pakistan s’approche de la banqueroute.
Pour ce qui est du retrait de l’essentiel des forces de l’Otan en Afghanistan voisin, les analystes ne s’attendent pas à un changement de la politique officielle du Pakistan, favorable à une paix négociée entre différentes factions du pays.
Concernant l’Inde, dont la rivalité historique avec le Pakistan a conduit les deux pays à s’affronter lors de trois guerres, Nawaz Sharif devrait encore là adopter une approche pragmatique, en tentant de capitaliser sur ses contacts personnels avec les dirigeants indiens.

AFP
Mardi 14 Mai 2013

Lu 116 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs