Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nawal El Moutawakkil : De la piste olympique aux hautes sphères du CIO




Nawal El Moutawakkil : De la piste olympique aux hautes sphères du CIO
L’histoire de cette légende a commencé un jour où très tard dans la soirée, les yeux de tous les marocains, tous âges et tous sexes confondus, étaient rivés sur leurs téléviseurs pour suivre cette jeune fille de 22 ans, encore méconnue des siens et qui devait les représenter à la finale des 400 mètres haies des Jeux olympiques qui se déroulaient à Los Angeles. La victoire n’était pas certaine mais tout le monde priait. Le temps d’une course et le rêve est devenu réalité. Nawal El Moutawakkil est sacrée première femme arabe, africaine et musulmane à remporter un titre olympique. La valeur decette performance ne résidait pas uniquement dans la médaille d’or qu’elle a gagnée car ce succès a permis à d’autres femmes d’entrevoir leur avenir d’une autre manière. Native de la ville de Casablanca, Nawal ne se contentera pas de la course pour forger sa personnalité. Motivée par les encouragements de Feu Sa Majesté Hassan II, elle décida d’abord de faire des études universitaires en maîtrise de sciences, option éducation physique à l’université d’Iowa aux Etats-Unis d’Amérique, qui vont lui permettre d’entamer en 1989 une carrière d’entraîneur d’athlétisme, avant de se lancer par la suite dans ce qui fera d’elle aujourd’hui l’étoile des hautes instances de l’athlétisme mondial. En effet, après une carrière sportive riche en titres et en émotions, championne du Maroc du 100m, 200m et 400m haies, championne arabe dans les mêmes distances, championne d’Afrique du 400m haies en 1983, médaillée d’or aux Jeux olympiques de Los Angeles en 1984, médaillée d’or du 400m haies aux Jeux méditerranéens de Casablanca en 1983 et de Damas en Syrie en 1987, médaillée de bronze du 400m haies aux jeux universitaires de Kobé en 1985 au Japon et médaillée d’or du 400m haies à Zagreb en ex -Yougoslavie en 1987, Nawal El Moutawakkil a décidé d’entamer une nouvelle carrière, administrative celle-ci.  Ainsi, elle a été membre puis vice-présidente de la commission des athlètes de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF) (1989-); membre du Comité national olympique (CNO) marocain, commission de l’élite, (1992); directrice technique nationale adjointe de la Fédération Royale marocaine d’athlétisme (1993) puis vice-présidente (1997); membre de la Confédération africaine d’athlétisme amateur (1995-); membre du bureau exécutif de l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) (1995); membre du Comité international des Jeux de la Francophonie (CIJF) (1997-2005); membre du Comité international des Jeux méditerranéens (CIJM) (1998-); membre du conseil de la confédération arabe des sports (1998-); vice-présidente de l’Association marocaine pour la Coupe du monde de la FIFA 2006 (2000); membre Fondateur (2000) puis vice présidente de la fondation mondiale des sports «Laureus» (2004-); membre du conseil exécutif de la fondation internationale d’athlétisme (2001-); membre Fondateur et présidente de l’Association marocaine Sport et Développement (2002-); membre de la commission du football féminin à la Fédération internationale de football Association (FIFA) (2004) puis de la commission des compétitions féminines (FIFA) (2007); présidente de la commission femme et sport du CNO (2005-2007); membre du jury d’appel et déléguée technique de divers compétitions nationales, continentales et internationales. Et même si l’information n’est pas encore confirmée, des observateurs verraient bien Nawal El Moutawakkil à la tête de la Fédération internationale d’athlétisme, succédant au Sénégalais Lamine Diack, poste que brigueraient également l’Ukrainien Serguei Bubka et le Britannique Sébastien Coe. En plus de tout cela, Nawal a été aussi nommée par Feu Sa Majesté Hassan II au poste de secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires sociales chargée de la Jeunesse et des Sports en 1997, poste qu’elle occupera de nouveau en 2007 mais cette fois-ci, en tant que ministre. Cette carrière extraordinaire pleine de succès a ouvert les portes à d’autres femmes  marocaines qui se sont illustrées dans divers domaines : sport, culture, politique, entre autres.
Toutefois, si le parcours de Nawal El Moutawakkil est jugé impeccable par nombre de personnalités sportives, certains lui reprochent d’avoir fait un faux pas en s’alignant sur un parti politique, car elle constitue le symbole de la réussite de toutes les femmes marocaines. 

Khalil Benmouya
Samedi 7 Mars 2015

Lu 973 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs