Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nasser Jeffane met la gastronomie marocaine à l’honneur en Suisse




La Tribune de Genève dans son édition du jeudi dernier ne tarissait pas d’éloges sur Le Mandarin Oriental, un nouveau restaurant saisonnier qui, à Genève au sein d’un café, Café Calla, durant tout l’été, aménagera son espace en ryad, une construction typique du Maroc comprenant une cour intérieure à ciel ouvert. 
Le chef du restaurant Nasser Jeffane s’est inspiré de ses origines marocaines, ainsi que de ses voyages et de son expérience professionnelle dans plusieurs établissements étoilés français afin de concocter une carte de treize mets qui mêle spécialités marocaines, libanaises ou iraniennes revisitées dans un style gastronomique. 
Si l’entrée « Mezzés vs Kémia » par exemple, allie tapas du Liban et d’Afrique du Nord, le carpaccio de bœuf trouve quant à lui, son inspiration dans d’anciennes recettes perses où la viande crue était marinée à la grenadine. Nasser, méticuleux dans la présentation comme pas deux, qualifie son style de « cuisine ‘’arabienne’’ fusion ». La verdure de Marrakech n’est pas en reste et ‘’Le Jardin Majorelle’’ lieu enchanteur et l’un des endroits les plus visités du Maroc, créé avec passion par le grand peintre français Jacques Majorelle, (1886-1962) et racheté en 1980 par Yves Saint Laurent et Pierre Bergé pour le sauver d’un projet de complexe hôtelier qui signifiait sa complète disparition est représenté dans le menu de notre compatriote sous forme de salade végétarienne, lequel est servi dans des assiettes à la couleur des murs de la villa du célèbre couturier français. 
Le couscous au poulet maison, il y va de soi n’y échappera pas, il faut une gastronomie qui trouve sa tradition dans le repas du vendredi . Mais la star est sans aucun doute la tangia de bœuf au safran et citron confit une spécialité tout-à-fait marrakchie, cuite dans une jarre en terre durant quatorze heures. 
Côté desserts, trois choix s’offrent aux gourmands : une mahalabiya libanaise, un pudding à la rose, recouvert de kadaïf sculpté en forme de cage d’oiseau, une pastilla au lait et à la fleur d’oranger et un mille trous (‘’beghrir’’) au amlou une pâte à tartiner berbère à base d’amande et d’huile d’argan, une sorte de nutella. Enfin, une glace à l’inévitable corne de gazelle est servie avec des pancakes et très certainement avec un thé à la menthe la fraîcheur devrait être au rendez-vous. 
La gastronomie marocaine s’exporte bien. Heureux les Genevois et bon appétit !
H.T

Libé
Lundi 19 Juin 2017

Lu 440 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs