Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nass El Ghiwane, Jil Jilala et Lemchaheb en concert à Casablanca




Nass El Ghiwane, Jil Jilala et Lemchaheb en concert à Casablanca
Deux soirées qui s’annoncent exceptionnelles. Les groupes Nass El Ghiwane, Jil Jilala et Lemchaheb partageront, ce soir et demain, la même scène, à l’occasion de la 6ème édition du Festival de Casablanca qui se tient du 15 au 18 juillet courant dans la capitale économique.
Les mythiques groupes des années 70 sont à l’affiche ce soir, à Sidi Bernoussi, et demain, à la Corniche casablancaise (scène Corniche El Hank). Ils ne s’étaient plus produits au Festival de Casablanca depuis sa première édition, il y a 5 ans. Autant dire que les retrouvailles promettent de grands moments de bonheur particulièrement pour les festivaliers amateurs de la bonne musique.
Auteur de grands succès tels que « Siniya », «Ya bani l’Insân» ou «Ahl El Hal», Nass El Ghiwane compte parmi ces rares groupes qui ont véritablement révolutionné la musique marocaine et maghrébine. L’ensemble créé en 1970 à l’initiative de cinq jeunes artistes des quartiers de Hay Mohammadi s’est longuement distingué sur la scène à travers une musique engagée et empreinte de poésie. Accompagné d’instruments traditionnels, le groupe n’a cessé d’exprimer les malaises de la jeunesse marocaine d’une époque, marquant définitivement la scène musicale nationale.
Exprimer en musique les préoccupations des citoyens marocains est le fil conducteur du groupe Jil Jilala. L’ensemble marrakchi, composé de cinq musiciens, s’est illustré sur la scène nationale par des mélodies et rythmes inspirés du folklore marocain. Le quotidien des citoyens reste le thème de prédilection du groupe fondé en 1972. Nul doute que le groupe gratifiera le public d’un des morceaux de son célèbre tube «Laâyoune aïnia » reprise - cette année- en duo avec la jeune star du raï Douzi. 
Autre groupe légendaire programmé à ces deux soirées, les Casablancais Lemchaheb. L’ensemble, créé il y a 27 ans, a longuement contribué au renouvellement de la musique marocaine des années 70. Très critiques, ses textes ont pour cibles : les injustices de la société qu’ils dénoncent avec courage. On retrouve chez les Casablancais divers styles musicaux tels que le raï, la musique berbère, la musique gnaouie, entre autres.
Ce soir comme demain, c’est toute une histoire de la musique marocaine qui nous sera contée par ces monstres sacrés de la chanson maroco-maghrébine.

ALAIN BOUITHY
Mercredi 14 Juillet 2010

Lu 1614 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs