Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nadal : La vie continue, ma carrière aussi




Nadal : La vie continue, ma carrière aussi
"La vie continue, ma carrière aussi", a philosophé jeudi l'Espagnol Rafael Nadal, 29 ans, après sa défaite au 2e tour de Wimbledon contre l'Allemand Dustin Brown (7-5, 3-6, 6-4, 6-4), comme pour couper court aux interrogations naissantes.
Ci-dessous l’entretien accordé par le tennisman espagnol lors de la conférence de presse, rapporté par l’AFP.

Q: Que s'est-il passé aujourd'hui?
R: "Entre l'adversaire, moi-même, c'est un ensemble de choses qui m'a fait perdre. Sur ce court, vous affrontez des gars qui ne veulent pas rester derrière, et il en fait partie. Ce court donne à ce genre de joueurs la possibilité de jouer et gagner comme ça. Contre un gros serveur comme lui, qui n'a rien à perdre, il ne faut pas faire d'erreurs. Je n'ai pas pu donner du rythme, frapper trois fois d'affilée le même coup. Et quand il faut placer le bon coup, vous n'avez pas la confiance nécessaire. Après avoir perdu le 1er set, vous vous retrouvez sous pression tout le match. Le 1er jeu du 4e set a été terrible, avec deux revers que je ne dois pas rater. Après, je me suis battu jusqu'au bout, mais je n'ai plus eu ma chance".

Comment voyez vous la suite maintenant?
"C'est sûr que c'est un moment triste pour moi. Il faut accepter que cela arrive, c'est ce que j'ai toujours fait. Il faut aller de l'avant, ce n'est pas la fin. La vie continue, ma carrière aussi. Il faut que je travaille encore plus pour changer cette dynamique. Là, c'est dur, mais je ne suis pas du genre à ressasser ça pendant deux semaines. Je n'ai plus de boulot ici donc si vous voulez utiliser ma maison, elle est libre dès demain".

Redoutez-vous de ne plus retrouver le niveau qui a fait de vous le N.1 mondial ?
"Je ne sais pas si je retrouverais le niveau que j'avais en 2011, mais ma motivation c'est d'essayer. Depuis deux ans, je n'ai plus de problèmes avec mes genoux. J'étais prêt. Je me présente à chaque tournoi avec la même motivation. Je pense avoir tout bien fait pour préparer ce tournoi, je suis arrivé tôt ici. Voilà, j'ai perdu, je suis déçu, évidemment. Mais c'est la loi du sport. Je suis bon perdant. Je ne me suis jamais considéré bon au point de ne pas reconnaître quand quelqu'un est meilleur que moi. J'ai toujours eu un grand respect pour ce tournoi. Quand je suis venu et que j'ai vu que je n'étais pas si mauvais sur herbe, j'ai voulu faire de grandes choses ici".

Samedi 4 Juillet 2015

Lu 834 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs