Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nabil Benabdallah se défausse sur les autorités locales et les conseils élus

Le retard du programme «Villes sans bidonvilles » ne serait pas imputable au ministère de l’Habitat




Nabil Benabdallah se défausse sur  les autorités locales et les conseils élus
Nabil Benabdallah se décharge de toute responsabilité quant au retard dans l’avancement du programme « Villes sans bidonvilles ».  Le ministre de l’Habitat et de la Politique de la ville estime que l’accélération de ce dispositif est du ressort des autorités locales, des conseils élus et des populations concernées plutôt que du ministère de tutelle. «La solution  de ce problème dépasse de  loin les moyens financiers et la volonté du gouvernement. Elle est fortement liée à la volonté des habitants de ces bidonvilles», a-t-il précisé.
Mais, il n’y a pas que la population qui pose problème. L’augmentation du nombre de ménages issus des bidonvilles, le problème des maisons menaçant ruine et la restructuration de certains quartiers  ont également entravé  l’avancement dudit programme, a expliqué le ministre dans une intervention récente  devant la Chambre des représentants. «Aujourd’hui, on compte un surplus de population des bidonvilles estimé à 100.000 personnes», a-t-il lancé. 
Pourtant, le ministre reste confiant notamment en ce que concerne l’accélération du programme au niveau de Casablanca. Il estime qu’il y a une réelle volonté de faire en sorte que ce rêve devienne une réalité en 2015. A preuve, la multitude de conventions signées entre le département de l’Habitat et de la Politique de la ville  et les différentes parties concernées. La plus importante concerne  le recasement de 12.000 ménages issus des bidonvilles de la région du Grand Casablanca dans le cadre de programmes d’habitat intégrés et la réalisation des équipements publics avec un coût estimé à  2,4 milliards de dirhams.  Les partenaires de cette convention s’engagent à œuvrer ensemble pour le financement et la réalisation d’un programme complémentaire pour boucler le projet de «Villes sans bidonvilles» au niveau du Grand Casablanca.
Un optimisme que ne partagent pas certains édiles de la métropole économique qui ont pris l’habitude d’entendre ce genre de déclarations depuis 2006 sans résultats tangibles à l’horizon. «Tel est  le cas d’un projet de relogement qui nécessite la mobilisation de 600 hectares et qui peine à voir le jour jusqu’à aujourd’hui », a indiqué un parlementaire de la ville. Même son de cloche de la part d’Ahmed Brija, vice-président du Conseil de la ville : «Certains projets ont été prévus dans le cadre du programme «Villes sans bidonvilles» en 2006 avant d’être reportés à 2010 et d’intégrer le programme complémentaire de 2014». Mieux, il estime que la réalisation de ces vœux pieux de Benabdallah  demandera beaucoup de temps alors que l’année 2015 a été annoncée comme date butoir pour déclarer le Maroc sans bidonvilles.  «Il faut compter au moins trois ans pour réaliser les études nécessaires et l’équipement des terrains destinés à accueillir les ménages sans parler des opérations de relogement», a-t-il précisé. En d’autres termes, le projet «Villes sans bidonvilles» sera loin d’être gagné tant qu’il reste encore des obstacles à surmonter. 

Hassan Bentaleb
Samedi 10 Mai 2014

Lu 1439 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs