Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Munich concède un nouveau nul, Dortmund retrouve le podium





"Après le choc contre le Real Madrid, ce n'était pas facile", a admis l'entraîneur du Bayern Carlo Ancelotti, "nous avons fait une mauvaise première période, nous n'étions pas compacts (...) Je suis certain que contre Dortmund mercredi ce sera différent. Nous avons le temps de nous préparer et nous jouerons mieux".
"Maintenant on ne doit plus tergiverser, il faut montrer les muscles et montrer que nous sommes là", a renchérit, plus virilement, Thomas Müller à la fin du match: "Nous jouons contre Dortmund, c'est la demi-finale, il faut qu'on sorte ce qu'on a dans le ventre".
Deux fois menés au score par Mayence, les champions en titre sont toutefois parvenus à revenir à chaque fois. Et comme souvent, c'est le vieux guerrier Arjen Robben, 33 ans, qui a mené la révolte, en égalisant une première fois (1-1, 16e) et en offrant la passe décisive à Thiago sur le second but du Bayern (2-2, 73e).
Pour Dortmund en revanche, la victoire à Mönchengladbach est la deuxième en deux matches de championnat depuis la tragique semaine. Et si l'équipe avait encore semblé ébranlée mercredi à Monaco (défaite 1-3 et élimination de la Ligue des champions), les résultats en Bundesliga ne s'en ressentent pas.
A Mönchengladbach, l'entraîneur Thomas Tuchel avait pourtant laissé sur le banc au coup d'envoi deux pièces maîtresses de l'attaque, Pierre-Emerick Aubameyang et Shinji Kagawa, ménagés en prévision du match de Coupe de mercredi à Munich.
Dortmund a très largement dominé la première période, et pris logiquement un but d'avance par Marco Reus dès la 10e minute sur penalty. Mais une énorme faute défensive de Mikel Merino offrait à Mönchenglabach son unique occasion en 45 minutes, et Lars Stindl égalisait (1-1, 43e). Et peu après la pause, Marcel Schmelzer marquait contre son camp (2-1, 48e).
La rentrée d'Aubameyang allait changer la donne. Sur un service de Dembélé, le Gabonais égalisait (2-2, 59e), avant que Guerreiro d'une tête décroisée ne donne à Dortmund une victoire méritée en toute fin de partie (3-2, 87e).
L'arrestation vendredi d'un coupable présumé de l'attentat, soupçonné d'avoir voulu tuer ou blesser des joueurs pour faire chuter le cours de l'action du Borussia en Bourse et s'enrichir en spéculant, a choqué l'Allemagne, mais aidé les joueurs dans leur travail pour surmonter le traumatisme.

Libé
Lundi 24 Avril 2017

Lu 205 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs