Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mouvement du 20 février : Les risques de dérapage sont évidents




Mouvement du 20 février : Les risques de dérapage sont évidents
Il est un temps où le Mouvement du 20 février avait été lancé dans une ambiance bon enfant avec des slogans et mots d’ordre suscitant soutien, compréhension et empathie ; mais depuis, les jeunes, qui l’ont initié,  ont été phagocytés de gré ou à leur insu par des extrémistes islamistes et gauchistes tapis attendant le bon moment pour se manifester.
Le 20 février est devenu un faire-valoir pour les extrémistes qui cherchaient à régler un vieux « contentieux » avec les autorités non pas pacifiquement, mais dans le sang s’il le fallait !
De par les slogans qui sont aujourd’hui formulés, les lieux de contestation choisis (quartiers populaires) ou l’attitude de confrontation et de provocation recherchée avec les forces de l’ordre, tous les ingrédients sont réunis pour créer le désordre.
Dans ce cas, faut-il, au nom du respect du droit de manifester, laisser faire ces extrémistes au risque de voir le pays affronter l’inconnu ou faire preuve de responsabilité et donc faire avorter le dessein des ennemis de leur propre pays ?
Pour ce faire, il est vrai que les charges des forces de l’ordre n’ont pas été souvent tendres. Mais peut-on faire des omelettes sans casser des œufs ? Et puis, ces manifestants ne cherchaient-ils pas justement la confrontation et jouer les  martyrs ?
Sans chercher à justifier la manière forte de l’autorité, on a vu comment les forces de l’ordre ont agi dans d’autres pays récemment encore, l’Espagne par exemple !
Malgré l’amalgame dans lequel se trouve actuellement, le Mouvement du 20 février, il y a des supporters qui le défendent contre vents et marées, affirmant qu’il est le seul à s’imposer sur la scène politique nationale. Ils vont même plus loin, soulignant qu’il constitue aujourd’hui la majorité dans le pays (51% de la population). C’est le cas d’un éminent journaliste qui, un temps, avait défrayé la chronique par sa lettre ouverte à Driss Basri au zénith de sa position de grand vizir. La question qui se pose est : sur quels critères notre confrère s’est-il basé  pour avancer ces chiffres qui paraissent pour le moins trop exagérés pour ne pas dire ridicules ?
Et comme le dit un autre confrère puisque le Mouvement du 20 février est aujourd’hui supposé majoritaire dans le pays, pourquoi ne pas lui remettre les rênes du pouvoir et éviter aux Marocains de se lancer dans des échéances constitutionnelles à ne plus en finir ? Il semble que le ridicule ne tue plus !
Il y a des gens qui prennent des vessies pour des lanternes !

Youssef BENZAHRA
Samedi 4 Juin 2011

Lu 833 fois


1.Posté par sriri le 04/06/2011 19:30
La majorité de la population toutes couches confondues se désolidarisent de ces mouvements qui cherchent à nuire aux intérêts de la nation au moment où partis politiques et syndicats ,se sont mis d'accord pour une constitution qui respectera les revendications de tout le peuple Marocain.de ce fait il nous reste en tant que militants qu'à attendre les résultats
qui augurent à un meilleur avenir . Il est du devoir de tous ceux qui aiment ce pays et en particulier aux jeunes de regagner les rangs des partis politiques s'ils veulent sincèrement à participer à la construction d'un MAROC FORT sous l'égide de SM le Roi garant de l'intégrité nationale.. a Bon entendeur salut

2.Posté par Hanane le 06/06/2011 10:35
Le Lundi dernier, j'ai vu une scéne à Paul Agdal qui m'a vraiment interpelé, deux jeunes: une femme ayant la trentaine et un jeune graçon de 23-24 ans, bien habillés, fumant du Marlboro light, devant deux ecrans de PC. tous les deux sur facebook. la fille cherche les scènes d'affrontement civils-policiers sur youtube, les postent sur facebook et demande à son "collègue" de commenter et appeler ses contacts à commenter aussi. Moi j'étais en vacances alors comme tout marocain qui se respecte je m'attable longtemps dans un café, petit-dej en 2 heures, dej en trois heures, je ne compte pas le temps. Tout à coup la jeune femme décroche le téléphone et parle en espagnol longtemps avec quelqu'un, après avori décroché elle dit à son " collègue" : "poste l'appel à manifester, et appelle tes amis pour y adherer et le publier partout".

Une fois j'ai entendu l'espagnol, j'étais très déçue, en fait ma première question était comment ces gens vivent si ils ne travaillent pas et restent tout le temps à commenter sur facebook?. Après la conversation, j'ai compris que c'était leur boulot de commenter sur facebook! et peut etre mieux payé que moi qui bosse tout le temps et essaie de faire de bonnes choses, qui sait?

Au lieu de passer leur temps à résoudre un souci de leur pays, (nos soucis il y en a à toutes les tailles et pour tous types de cerveaux et capacités), ne serait ceque planter des arbres et des fleurs pour embellir les villes, ne serait ce que de s'occuper de sa propre poubelle. Ces deux jeunes gens, se proclamant defendeurs de la liberté et denonceurs des abus font exactement la même chose: ils se proclament majoritaires, ils parlent au nom des autres et ils se proclamment tout puissants!!!!!

C'est l'ironie du "Printemps"

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs