Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Moussa Touré remporte le Grand prix du 10ème Festival “Cinéma et migrations”

Le prix“ Argana” a été décerné au Sénégalais pour son film “La Pirogue”




Moussa Touré remporte le Grand prix du 10ème Festival “Cinéma et migrations”
Le film relate l’histoire de Baye Laye, capitaine d’une pirogue, contraint à embarquer 30 hommes de Dakar vers les Iles Canaries. Les passagers ne se comprennent pas tous, et ne savent pas ce qui les attend.  Ils vont se voir contraints d’affronter les intempéries, et de survivre en plein océan.
“La Pirogue” s’était également distingué en janvier dernier en recevant le prix “Lumières 2013: meilleur film francophone”.
C’est au cours de ce festival que le réalisateur français Jacques Bral a été récompensé pour son film “Le noir (te) vous va si bien”, qui se voit également gratifié du prix de la meilleure interprétation féminine attribué à Sofia Manousha ex-aequo avec Zahra Addioui.
Concernant le prix de la meilleure interprétation masculine, il a été remis au réalisateur marocain Rachid El Ouali pour son rôle dans son propre film “Ymma”.
Présidé par Driss El Yazami, à la tête du Conseil national des droits de l’Homme, le jury du festival était composé de Mohamed Zemmouri, Younès Ajarra, Mamadou Keïta ainsi que de l’acteur d’origine marocaine Kamal Mamad.
Pour obtenir le prix Argana, huit longs métrages étaient en course dont “Harraga blues” du réalisateur algérien Moussa Haddad ou encore “Le sac de farine” de la réalisatrice belge d’origine marocaine Khadija Leclere.
Onze courts métrages ont également été projetés, hors compétition, tels que “Nar El Ghorba” d’Abderrazak Samih, ou “Haunted” et “Il neige à Marrakech” d’Hicham Aayne Alhayat.
Le festival avait prévu la projection de six films documentaires dont “Retour à Ramallah” du Marocain Benyounes Bakhani,  ou encore “L’enfance violée” du réalisateur marocain Mustapha El Bied.
Cette édition a prévu une série de conférences autour du thème de l’immigration animées par des académiciens et des professionnels. Les organisateurs ont également instauré une caravane cinématographique qui a sillonné les communes rurales limitrophes d’Agadir, des débats autour des films en compétition, et une série de rencontres avec les étudiants de l’Université Ibn Zohr d’Agadir.
Il a aussi été question d’ateliers de formation sur “L’acteur de cinéma et la culture générale”, “Le film de l’idée à l’écran”, “Le rôle de l’assistant-réalisateur dans la préparation pour un tournage” et “Les effets spéciaux numériques”, ainsi qu’un cycle de films d’animation pour enfants en collaboration avec l’Institut français d’Agadir et une matinée de sensibilisation contre la pédophilie.
La cérémonie d’ouverture a débuté par la projection d’un émouvant court métrage “Moment de recueillement et de reconnaissance” à la mémoire de quatre artistes marocains décédés cette année: Abdelkader Lotfi, Mohamed Majd, Mohamed Benbrahim et Hamidoou Benmassoud.

D.P
Jeudi 14 Novembre 2013

Lu 122 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs