Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Moulim El Aroussi, commissaire associé de l’exposition «Le Maroc contemporain» à Paris

“Nous avons écarté de bons artistes qui ne correspondaient pas du tout au concept établi”




Moulim El Aroussi, commissaire associé de l’exposition «Le Maroc contemporain» à Paris
Le professeur de philosophie et le critique d’art plastique nous a accordé cet entretien pour parler du « Maroc contemporain », événement organisé à l’Institut du monde arabe à Paris. Il est commissaire associé pour cet événement exceptionnel qui s’étendra sur plus de trois mois à l’IMA et dans d’autres salles parisiennes. Parallèlement, 
une exposition «Le Maroc médiéval » se tiendra au Musée du Louvre. Il évoque également ses  difficultés 
à choisir des artistes qui vont représenter la culture marocaine ...
 
Libé : Notre entretien s’inscrit dans le cadre de l’événement «Le Maroc contemporain » qui sera organisé à l’Institut du monde arabe au mois d’octobre, novembre et décembre 2014.Vous êtes commissaire associé de cette exposition. Quel  programme  artistique allez-vous choisir pour refléter le Maroc aujourd’hui? 
 
Moulim El Aroussi : Nous avons bien entendu choisi ce qui existe sur le terrain. Comme vous le savez, on parle beaucoup du Maroc du point de vue artistique et  surtout de l’effervescence culturelle et artistique. Est-ce vrai ou faux ? C’est la question à laquelle nous nous sommes promis de répondre. Comment le savoir alors ? Certainement pas en se limitant aux catalogues des expositions précédentes que d’autres avant nous ont établis. Nous avons pris le bâton du pèlerin et nous avons sillonné le Maroc du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest. Ce long voyage nous a permis de faire une grande collecte de dossiers, à mon avis, qui n’a jamais été rassemblé à ce jour. Nous avons, par ailleurs, reçu un grand nombre de dossiers d’artistes que nous n’avons pas pu rencontrer.
C’est l’examen de ce corpus qui nous a permis de définir les axes de notre exposition. L’analyse minutieuse des œuvres, tout en les croisant sans considération aucune des générations, des styles ou des formes d’expression, nous a permis de savoir ce qu’est réellement les préoccupations de la scène artistique marocaine d’aujourd’hui.
 
La tâche sera-t-elle facile pour choisir les créations artistiques qui vont représenter le Maroc à Paris ? 
 
Comme je viens de vous le dire, une fois que l’analyse du corpus a révélé les axes de l’exposition, les artistes qui n’ont pu être intégrés dans l’un ou l’autre ont, malheureusement, pour nous d’abord et pour eux ensuite, été écartés. Nous avons bien entendu écarté, avec regret, de bons artistes qui ne correspondaient pas du tout au concept que nous avons établi. Cela dit, notre exposition s’inscrit plus dans le cadre de l’art contemporain plutôt qu’autre chose. 
 
Les autres formes de pratiques culturelles et artistiques de la société marocaine, seront-elles toutes représentées : cinéma, théâtre, débat et exposition ?
 
Bien entendu, il s’agit d’une manifestation artistique et culturelle marocaine. Certes l’art visuel y prend une place importance mais les autres formes seront présentes avant, tout au long et après l’exposition. Notre voyage à travers le Maroc n’avait pas pour seul but de dénicher des artistes visuels ; nous avons rencontré des poètes, des écrivains, des intellectuels, des musiciens, des danseurs,…des artisans… bref le Maroc culturel.
 
Dans votre dernier livre « Identité et modernité dans la peinture marocaine » vous soulevez les grandes questions de la société marocaine après le Protectorat. Est-ce que le monde artistique aujourd’hui au Maroc est en rupture avec l’héritage colonial et a trouvé  son identité et sa modernité ?
 
En effet, c‘est ce que nous vivons aujourd’hui au Maroc. Et c’est pour cela que nous précisons mes collègues, Jean Hubert martin, Mohamed Metalsi et moi-même dans la présentation de l’actuelle  exposition que la question de l’identité ne préoccupe plus les jeunes d’aujourd’hui. Ils appartiennent plus à des tribus d’artistes au niveau international qu’à une identité locale. Du fait, ils se tournent aujourd’hui vers toutes les composantes de la culture marocaine, le legs colonial compris, pour les interroger et en faire un langage universel.
 
D’autres questions sont posées aujourd’hui.  Est-ce que la secousse du «Printemps arabe » qui a traversé la région,  a touché la création artistique marocaine?
 
Le Maroc a vécu les prémisses du Printemps démocratique arabe dans la culture et l’art. Souvenons-nous de ce mouvement fantastique qui a occupé les places publiques de Casablanca et  tout le Maroc et que les jeunes ont eu le génie de nommer Naïda, pour signifier en même temps mouvement, renaissance et effervescence. Ce mouvement a touché tous les domaines de la création et a été porté par des jeunes issus de toutes les classes sociales marocaines. Ce n’était ni un mouvement des banlieues ni un courant idéologique déterminé ; c’était un mouvement citoyen. Quand vous évoquez aujourd’hui le Printemps arabe, je ne peux que vous l’accorder. Ceci se sentira dans l’exposition et dans toute la manifestation.
 
Dans cet événement qui sera organisé à Paris il y a « Le regard de l’autre » et les préjugés. Certains publics français ou occidentaux  attendent de  voir des tableaux « orientalistes » teintés de folklore et d’exotisme. Comment  allez-vous  changer les stéréotypes sur l’art et la culture marocains ?
 
C’est une question capitale. Jean Hubert Martin qui est le commissaire général de cette manifestation  avait fait l’expérience de prendre le risque de bousculer les esprits il y a aujourd’hui 25 ans quand il a organisé l’emblématique exposition « Les magiciens de la terre ». Le public qui vit sur des évidences et qui est fermé à l’Autre ne nous intéresse pas en premier lieu. Il y a un public qui ne vient pas dans les expositions parce qu’on continue à lui proposer ce qui a été fait précédemment. Il faut savoir bousculer les mentalités et créer des ruptures. Il ne faut surtout pas avoir peur de l’innovation sous prétexte de garder un public en allant toujours dans la direction de son goût. Notre manifestation sera aussi un véritable exercice de l’altérité.
 
Le combat pour lutter  contre les stéréotypes même au Maroc avance-t-il  aujourd’hui ?  Le travail de l’Ecole des Beaux-Arts de Casablanca a-t-il réussi à « nettoyer le regard, l’œil et l’esprit du Marocain » ?
 
On peut détecter cela à travers le marché déjà. Il y a eu effectivement un grand effort fourni par les maîtres de l’école de Casablanca et ceux de Tétouan, mais il y a aussi une nouvelle génération de galeristes qui prennent le risque de miser sur l’avenir. Il y a en plus un phénomène que les sociologues, les économistes, les historiens… doivent interroger un jour, à savoir celui de l’engouement pour l’art dans une société en mutation. Il me semble que les Marocains se reconnaissent de plus en plus dans le miroir de leur art, ce qui les réconforte, à mon avis, dans leur identité visuelle et leur permet de s’ouvrir sur l’Autre.
 
Est-ce que le combat de la diversité culturelle est gagné aujourd’hui ? Le président de l’Institut du monde arabe, Jack Lang, est-il un allié dans ce combat pour la reconnaissance de la diversité culturelle?
 
La diversité culturelle stipulée dans la dernière version de la Constitution marocaine a été le fruit d’une longue lutte de la société civile. La manifestation à l’IMA va lui donner un retentissement international. Il ne faut pas oublier que cela se passe à Paris et à l’ouverture de la saison culturelle. Dans ce sens, le fait que Jack Lang soit à ce moment précis à la tête de l’IMA est effectivement une grande chance pour nous Marocains. Il est allié  pas uniquement pour cet événement, mais c’est un ami du Maroc et des Marocains depuis plusieurs décennies. C’est un beau cadeau !

Entretien réalisé par Youssef Lahlali
Samedi 12 Juillet 2014

Lu 4099 fois


1.Posté par Iraqi mohammed rachid le 13/07/2014 02:22
C'est un article très intéressant qui permet aux artistes marocains de tout genre de comprendre les motivations de choix des commissaires et responsables de l'Ima.mr.Il y a lieu de souligner que mr Moulim laaroussi intervient avec courage et éclaircit ses positions.
Néanmoins, les critiques auxquelles il a du faire faire sont compréhensibles et a mon sens bien fondées.
Le maroc ayant des valeurs artistiques ancestrales ne peut et ne doit pas faire abstraction de ses acquis.
L'art contemporain marocain ne peut renier le style figuratif et fonder son présent et son futur sur l'art abstrait.
Rien ne prouve que les artistes marocains s'inscrivent totalement dans ce type de peinture.croire que l'art au maroc a été créé avec le protectorat est une illusion fausse et néfaste.nous avons toujours depuis des siècles eu des artisans et des artistes mais ils n'ont jamais voulu déclarer leur identité ,comme il était de coutume dans notre société par pudeur et soumission a Dieu le créateur et le tout puissant.l'exemple en est les illustrations des manuscrits notamment coraniques. Donc s'appuyer uniquement sur l'art abstrait pour représenter le maroc c'est ne pas refléter la réalité artistique contemporaine dans notre pays.

2.Posté par Hamid faouzi le 19/07/2014 18:50
je crois que M. Mouline n'a visité que ses connaissances ou ceux qui ont été recommandé,on l'a pas vu à BENSLIMANE qui n'est loin de RABAT que de 54 KM et de Casa que de 56 KM

3.Posté par nagui le 17/09/2014 15:36

comment devient on " critique d'art" ???



Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs