Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Moulay Abdellah Amghar : le souffle de l’histoire

Son moussem se tient du 17 au 24 juillet 2009




Les monuments découverts dans la région de Tit sont un témoignage notoire du degré d’urbanisation et de peuplement qu’a connu cette localité depuis des ères anciennes. D’ailleurs, des recherches en sciences toponymiques ont montré que le port dénommé Routoubis dans les littératures anciennes, se trouvait dans le même lieu que Tit, ce qui témoigne encore une fois de l’ancienneté de cette ville marocaine.
Après l’avènement de l’Islam au Maroc, les dynasties qui se sont succédé ainsi que les habitants qui ont demeuré à Routoubis ont bâti leurs constructions nouvelles à côté des constructions anciennes, et des fois sur les décombres de celles-ci. L’urbanisation nouvelle a commencé à porter un autre nom dans les références arabes et islamiques, notamment celui de Titnfetr, abrégé en Tit.
Titnfetr est un vocable berbère, à l’instar des noms des localités marocaines, composé de « Tit » signifiant « Œil », de « n » pour l’adjonction et « Fitr » signifiant nourriture. Celle-ci s’est arabisée à son tour en prenant le nom de Aïn Fitr. On rapporte que l’origine de cette appellation est liée à l’existence d’une source où le cheikh Ismail Ibn Said, surnommé Ibn Amghar, fut le premier des Amgharéens à y faire ses ablutions et à y boire de l’eau. Après cela, le lieu fut surnommé Titnfetr.
La première installation à Titnfetr l’amgharéenne est donc liée au cheikh Ismail Ibn Said, l’ancêtre des amgharéens eu égard au fait qu’il est considéré comme le premier à s’installer dans la région.
Descendant du grand Cheikh Ismail, Moulay Abdellah Amghar est un grand érudit qui avait marqué l'histoire de la région des Doukkala. Compte tenu de la mémoire du saint homme qui avait livré de longues batailles contre les envahisseurs portugais, il était le guide spirituel qui mobilisait les troupes et prenait même part aux nombreuses batailles en menant une résistance farouche contre les occupants qui ont envahi les lieux au début du XVIe siècle. Le Ribat de Tit, avec ses murailles fortifiées, ses tours, ses remparts, a été édifié pour défendre le littoral contre les envahisseurs, en jouant un rôle dans la stabilité de la région. Cependant, vaincus par les Portugais, les habitants de Tit se sont vus contraints de verser des taxes au colonisateur. Le Sultan Wattasside Mohamed vers 1520, a chassé les envahisseurs de la ville, et décidé de la démolir afin qu’elle ne suscite plus la convoitise des occupants, ses habitants l’ayant désertée. Ainsi, commença la chute de Tit. Ce ne fut qu’a l’arrivée de Sidi Mohamed Ben Abdellah qu’il rendit hommage à la citadelle en essayant d’apporter des retouches à la ville mais en vain. Ce qu’on garde de ce passé glorieux, c’est un moussem célébré chaque année en la mémoire du grand moujahid Abdellah dont Tit porte le nom, et des vestiges qui racontent l’histoire de ces hommes.
Par ailleurs, durant la période du protectorat français, le moussem de Moulay Abdellah Amghar n’avait pas manqué d'irriter l'Administration coloniale lorsque la célébration du moussem commença à revêtir un caractère nationaliste et revendicatif contre le protectorat.
Quant à la célébration du moussem de nos jours, c’est une autre histoire.

Abdelilah Nadini
Mardi 14 Juillet 2009

Lu 3480 fois


1.Posté par sami le 26/07/2009 14:41
mossam moly abdalah amghar makhasoch iba9a i3amar fih rir 9atil

2.Posté par zamorano le 22/08/2015 19:51 (depuis mobile)
Salut .alors je pense que vous avez une super région de nom Essaouira qui comporte moines des monuments historique
Alors voilà pour madina jadida et le test de elmlah souk traditionnel et oublié pas les écrivain français allemande arabe ....

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs