Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mouammar Kadhafi : Game over pour un personnage qui a défrayé la chronique




Mouammar Kadhafi : Game over pour un personnage qui a défrayé la chronique
Mouammar Kadhafi, l’»éternel» colonel qui a présidé aux destinées de la Libye durant près de 42 ans, a été abattu jeudi près de sa ville natale de Syrte. La boucle est bouclée pour les rebelles qui ont pris les armes pour libérer le pays de la main de fer d’un dirigeant qui a tant défrayé la chronique plus par ses frasques que par ses réalisations. L’anachronique  «guide»  de la révolution du 1er septembre, en fuite depuis la prise de Tripoli par les rebelles le 23 août, avait été blessé à la tête et aux jambes alors qu’il tentait de fuir Syrte, tombée dans la journée sous le contrôle des forces du Conseil national de transition (CNT). La mort de Kadhafi met fin à une tranche de l’histoire de la Libye émaillée par les sautes d’humeur et les frasques d’un dirigeant qui a continué, jusqu’au bout, à lancer des appels à «la résistance» contre les  «croisés»  occidentaux.
Il appelait aussi à la victoire contre les  «insurgés», liés, selon lui, à Al-Qaïda ou aux  «forces maléfiques de l’occident» qu’il n’hésitait pas à qualifier «de rats». Le fondateur de la  «Jamahiriya», un  «Etat de masses»  gouverné par des comités populaires élus, a rassemblé ses  «idées lumineuses « dans son fameux « Livre Vert», où il préconise notamment une démocratie directe, conjuguant socialisme et pensée islamique.
Accusé de «terrorisme», il devient la «bête noire» des occidentaux et des Américains en particulier qui bombardent en 1986 Tripoli.
L’attaque, comme l’embargo imposé durant de longues années à son pays n’ont affecté en rien le personnage rendu célèbre par ses aspects vestimentaires, ses voltes-faces déplacées et ses théories philosophiques qui frôlent le ridicule.
Lors de ses rares déplacements à l’étranger, et notamment chez les occidentaux, Kadhafi rechignait à séjourner à l’hôtel ou dans les palais que lui réservaient ses hôtes.
Entouré de ses  «amazones», une garde personnelle constituée exclusivement de femmes, choisies autant pour leurs compétences de gardes du corps que pour leur plastique, le leader libyen préférait, en bon bédouin, installer sa tente à proximité de l’ambassade libyenne locale.
Ce rituel a bien failli provoquer un incident diplomatique lors de l’Assemblée générale de l’ONU à New York en 2009.
Autre anomalie liée au personnage, ses tenues extravagantes ont souvent attiré l’attention par leur style qui semble tiré des recueils de la troisième dimension.
Lors de sa visite en Italie en août 2010, Kadhafi qui ne rate jamais d’occasion pour se faire remarquer, avait multiplié les provocations. Mais la plus invraisemblable reste la réunion organisée dans un hôtel de luxe de Rome avec 500 jeunes femmes italiennes triées sur le volet, dans l’objectif, selon lui, de faire la promotion de l’Islam.
La mort de Kadhafi met fin certes à un cycle «raté» de l’histoire de la Libye, mais sa disparition laissera, sans nul doute, un vide dans le paysage de l’extravagance tant occupé par le «Grand leader de la Jamahiria»


Chronologie d’une chute annoncée

Dates-clés depuis le début de l'insurrection le 15 février, contre le régime de Mouammar Kadhafi en Libye.
Le dirigeant déchu a été capturé jeudi à Syrte et gravement blessé, selon un commandant des forces du nouveau régime dans cette ville.
--Février 2011-- - 15-19: Manifestations contre le régime, violemment réprimées à Benghazi et Al-Baïda (est). L'insurrection s'étend.
- 21-22: Les ministres de la Justice Moustapha Abdeljalil et de l'Intérieur Abdel Fatah Younès rejoignent la rébellion. Des dizaines de personnalités politiques et militaires feront de même.
- 23-25: La zone allant de la frontière égyptienne jusqu'à Ajdabiya, comprenant Tobrouk et Benghazi, passe aux mains des insurgés.
--Mars-- - 10: La France est le premier pays à reconnaître le Conseil national de transition (CNT), créé fin février par l'opposition à Benghazi.
- 17: L'ONU autorise un recours à la force contre les pro-Kadhafi pour protéger les civils.
- 18-19: Les pro-Kadhafi attaquent Benghazi, "capitale" des rebelles.
La coalition passe à l'offensive en bombardant les pro-Kadhafi qui se replient vers l'Ouest.
- 31: L'Otan prend les commandes de l'opération "Protecteur unifié".
--Avril-- - 20: Après Londres, Paris et Rome envoient des conseillers militaires auprès du CNT. L'Egypte et les Etats-Unis suivront.
--Mai-- - 11: Après deux mois de siège et de combats, la rébellion prend l'aéroport de Misrata (est de Tripoli).
--Juin-- - 29: La France reconnaît avoir parachuté des armes aux rebelles dans les montagnes de Nefoussa (sud-ouest de Tripoli). Début juillet, offensive rebelle depuis cette région.
--Juillet-- - 15: Le Groupe de contact, pilote politique de l'intervention, reconnaît le CNT comme "l'autorité gouvernementale légitime".
- 28: Assassinat du général Younès, chef d'état-major de la rébellion.
--Août-- - 9: Le régime accuse l'Otan d'avoir tué 85 civils dans des raids dans l'Ouest.
- 20: Début de l'offensive rebelle sur Tripoli, avec l'appui aérien de l'Otan. Le 23, prise de la résidence de Bab al-Aziziya, QG de Kadhafi, qui était depuis en fuite.
--Septembre-- - 1er: L'ONU et les grandes puissances débloquent pour le CNT 15 milliards de dollars d'avoirs libyens gelés.
- 9: Kadhafi, son fils Seif Al-Islam et son beau-frère Abdallah Al-Senoussi visés par une "notice rouge" d'Interpol après un mandat d'arrêt de la CPI.
- 15: Nicolas Sarkozy et David Cameron en Libye.
- 16: L'ONU reconnaît le CNT.
- 20: La "révolution" a fait 25.000 morts (président du CNT Moustapha Abdeljalil).
- 21: Les forces du nouveau régime conquièrent Sebha et Waddan, dans le sud désertique.
--Octobre-- - 9 et 11: A Syrte, percée majeure des pro-CNT avec la prise de l'université et du centre de conférences Ouagadougou, puis du QG de la police.
- 13: Réouverture partielle de l'espace aérien. Redémarrage du gazoduc Greenstream entre la Libye et l'Italie.
- 17: Bani Walid, au sud-est de Tripoli, "totalement libérée" (commandant pro-CNT).
- 18: Visite surprise à Tripoli de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.
- 19: Le N° 2 CNT, Mahmoud Jibril, se dit inquiet de la bataille politique à venir qui pourrait faire sombrer le pays dans le "chaos".
- 20: Mouammar Kadhafi a été capturé à Syrte et gravement blessé (un commandant CNT et média libyen). Syrte, dernier bastion du régime déchu, "presque libérée" (CNT).
AFP

Par Hassan Aourach (MAP)
Vendredi 21 Octobre 2011

Lu 1134 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs