Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Moscou et Washington accentuent la pression pour une trêve en Syrie


Le cessez-le-feu exclut les groupes jihadistes



Moscou et Washington accentuent la pression sur leurs alliés dans la guerre en Syrie pour faire respecter un cessez-le-feu censé entrer en vigueur samedi, tandis que l'ONU discute d'un projet de résolution qui entérinerait l'accord de cessation des hostilités.
Les 15 pays membres espèrent pouvoir adopter ce texte vendredi, quand le médiateur de l'ONU Staffan de Mistura rendra compte au Conseil de ses efforts pour faire taire les armes en Syrie et relancer des négociations de paix.
Ce cessez-le-feu exclut toutefois les puissants groupes jihadistes Etat islamique (EI) et Front Al-Nosra (branche syrienne d'Al-Qaïda), qui contrôlent de larges pans du territoire et sont visés par les offensives de l'armée syrienne soutenues par les raids russes ainsi que par des frappes de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.
Dans ce conflit dévastateur qui a fait plus de 270.000 morts et déplacé plus de la moitié de la population en près de cinq ans, la Russie et l'Iran soutiennent le régime de Bachar Al-Assad alors que les Etats-Unis, l'Arabie Saoudite et la Turquie appuient les rebelles.
Mais les rebelles sont très affaiblis face à la montée en puissance des groupes jihadistes alors que le régime, lui, a repris du terrain grâce à l'aide de la Russie.
Moscou a annoncé mercredi que M. Assad avait confirmé au président russe Vladimir Poutine être "prêt à contribuer à la mise en oeuvre du cessez-le-feu", prévu pour vendredi à 22H00 GMT (samedi à 00H00 locale), qu'il a qualifié comme "un pas important vers un règlement politique du conflit".
L'armée russe a par ailleurs assuré avoir commencé à discuter du cessez-le-feu avec des groupes rebelles de cinq régions syriennes (Hama, Homs, Lattaquié, Damas et Deraa), sans les identifier.
Des responsables américains et russes vont se réunir dans les prochains jours pour créer un groupe chargé de veiller au respect du cessez-le-feu, a annoncé mercredi le secrétaire d'Etat américain.
M. Poutine, qui avait parlé la veille à son homologue américain Barack Obama, s'est aussi entretenu avec le roi Salmane d'Arabie Saoudite et avec le président iranien Hassan Rohani.
Selon le Kremlin, le roi saoudien "a salué" l'accord de cessez-le-feu. L'Iran a aussi dit soutenir l'accord.
Le régime, tout en disant oui à la trêve, avait affirmé mardi qu'il poursuivrait ses "opérations militaires pour lutter contre Daech (acronyme en arabe de l'EI), Al-Nosra et les autres groupes terroristes qui leur sont liés".
Les rebelles craignent que Damas ne profite de cette exclusion pour frapper les régions où ils sont alliés avec Al-Nosra, comme Idleb (nord-ouest) ou Alep (nord).
Un général syrien a affirmé mercredi que l'emblématique ville rebelle de Daraya, près de Damas, ne serait pas concernée par le cessez-le-feu même si les jihadistes d'Al-Nosra y sont minoritaires.
La Turquie a, elle, émis des doutes sur la viabilité de la trêve.
Le cessez-le-feu a été accepté par l'opposition qui a affirmé mercredi son engagement en faveur d'une "trêve provisoire de deux semaines" qui offrirait selon elle l'occasion de tester le sérieux du régime.
Mercredi, l'ONU a largué pour la première fois de l'aide humanitaire par voie aérienne en Syrie, à Deir Ezzor (est), où quelque 200.000 habitants subissent un siège de l'EI. Selon le patron des opérations humanitaires des Nations unies, 21 tonnes de provisions ont été livrées avec succès.
La proposition de trêve, dont les modalités ont été définies par Moscou et Washington, intervient environ trois semaines après l'échec de négociations de paix à Genève et qu'une trêve censée entrer en vigueur vendredi dernier a été ignorée.
"Nous sommes très prudents pour ne pas créer des attentes trop fortes", a déclaré mercredi M. Obama. "La situation sur le terrain est difficile mais nous avons constaté de modestes progrès au cours de la semaine écoulée en ce qui concerne l'accès humanitaire aux populations menacées".
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait admis mardi qu'un éventuel "plan B" pour la Syrie était examiné en cas d'échec du processus diplomatique.
Des informations sur cet hypothétique "plan B", qui mettrait davantage l'accent sur l'option militaire, ont circulé début février dans les cercles diplomatiques et la presse.

Libé
Vendredi 26 Février 2016

Lu 547 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs