Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Moscou au secours de Damas

La Russie met pied à terre militairement en Syrie




La Bulgarie a annoncé mardi avoir refusé à des avions russes de traverser son espace aérien la semaine dernière, sur fond de craintes des pays de l'Otan d'un appui militaire croissant de Moscou au pouvoir de Damas.
Cette décision, que la Bulgarie dit avoir prise de façon indépendante, fait suite à des informations lundi selon lesquelles les Etats-Unis ont demandé à la Grèce de ne pas autoriser les avions russes effectuant des livraisons en Syrie à emprunter son espace aérien. La diplomatie russe a réclamé des explications à Sofia et à Athènes.
Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov, a affirmé que la Russie n'envoyait en Syrie que des "chargements humanitaires", estimant qu'il n'"était pas rentable de transporter des armes par avion".
A Bruxelles, le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, s'est déclaré "inquiet des informations selon lesquelles la Russie pourrait avoir déployé du personnel militaire et des avions en Syrie", dans un échange de vues organisé mardi sur sa page Facebook, en réponse à une question de l'AFP.
Il a mis en garde contre tout soutien au pouvoir du président syrien Bachar al-Assad, propre selon lui à provoquer une escalade du conflit. Samedi, le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait appelé son homologue russe Sergueï Lavrov pour lui faire part de l'"inquiétude des Etats-Unis" quant à un éventuel engagement militaire de Moscou en Syrie.
Lavrov avait souligné au cours de cet entretien que "la partie russe n'avait jamais caché livrer des équipements militaires aux autorités syriennes pour lutter contre le terrorisme", selon la diplomatie russe.
La Bulgarie n'a pas précisé combien d'avions russes s'étaient vu interdire en fin de semaine dernière de passer par son espace aérien.
Côté grec, une source au ministère des Affaires étrangères avait déclaré lundi qu'Athènes avait reçu une demande des Etats-Unis en ce sens et étudiait actuellement cette requête. Mardi soir, un porte-parole du gouvernement grec a indiqué que la Russie avait envoyé une demande de survol il y a 25 jours.
"Le gouvernement a commencé à étudier cette demande, mais entretemps la Russie a décidé d'elle-même d'emprunter un autre itinéraire", a-t-il indiqué à l'AFP.
Des responsables américains ont déclaré mardi à l'AFP qu'au moins trois avions de transport militaire russes avaient atterri en Syrie ces derniers jours.
Deux des avions étaient des avions cargo géant Antonov 124 Condor et le troisième était un avion de transport de passagers, selon ces sources. D'après l'une d'elles, les avions ont atterri sur un aéroport de la région de Lattaquié (nord-ouest), un fief du président Assad.
Les Russes ont également installé à cet endroit des bâtiments provisoires, pouvant abriter "des centaines de personnes", et de l'équipement aéroportuaire, selon cette source. "Tout ceci suggère l'installation d'une base aérienne avancée", a ajouté cette source, en précisant qu'elle n'avait "pas d'informations" sur la présence éventuelle d'armes russes sur place.
Dans un autre contexte, les jihadistes d'Al-Qaïda en Syrie et leurs alliés islamistes ont capturé mercredi l'aéroport d'Abou Douhour, dernière base militaire du régime de Bachar al-Assad dans la province d'Idleb (nord-ouest) après un siège ayant duré deux ans, rapporte une ONG. "Après une violente attaque qui dure depuis lundi, le Front Al-Nosra et des factions islamistes ont pris la quasi-totalité de l'aéroport militaire d'Abou Douhour", selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), tandis que la télévision d'Etat annonçait dans un flash d'information, le "retrait de l'armée qui a protégé l'aéroport pendant deux ans de siège total" et que la base aérienne située dans la province d'Idlib avait été évacuée par la garnison qui la défendait.

Jeudi 10 Septembre 2015

Lu 705 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs