Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Montée en puissance des djihadistes en Syrie

Des exécutions de masse attribuées à l’EIIL




Montée en puissance des djihadistes en Syrie
L’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), lié à Al Qaïda, a exécuté des dizaines de rivaux islamistes ces deux derniers jours en Syrie, à la faveur de la reprise de l’essentiel des territoires qu’il avait perdus dans la province de Rakka, située dans le nord-est du pays, a-t-on appris dimanche.
Au total, l’EIIL a abattu une centaine de combattants appartenant au Front Al Nosra, également affilié à Al Qaïda et à la brigade Ahrar Al Cham, capturés dans la ville de Tel Abiad à la frontière turque, dans le secteur voisin de Kantari et dans la capitale provinciale Rakka, a annoncé un activiste, joint par téléphone dans la province. Il s’exprimait sous le sceau de l’anonymat.
La montée en puissance de l’Etat islamique en Irak et au Levant, dirigée par des djihadistes étrangers, est un sujet d’inquiétude pour les chancelleries occidentales. Cela permet au président syrien Bachar Al Assad de se présenter comme la seule alternative laïque à l’extrémisme islamiste à l’approche de la conférence de paix dite de Genève II, qui se tiendra en Suisse à partir du 22 janvier.
Parmi ceux qui auraient été exécutés ce week-end figure Abou Saad Al Hadram, le commandant du Front Al Nosra pour la province de Rakka. Il avait été capturé il y a plusieurs mois.
Rakka, ville située à 385 km au nord-est de Damas sur le cours de l’Euphrate, est le seul chef lieu de province à être tombé entièrement entre les mains des opposants au régime de Bachar Al Assad.
Plus au nord, l’EIIL a également repris ce week-end la ville de Tel Abiad, à la frontière avec la Turquie. En conséquence, les autorités turques ont fermé un point de passage à la frontière et en ont retiré le personnel, selon l’Union pour la coordination de la révolution syrienne, un groupe d’observation de l’opposition. De nombreux combattants d’Ahrar Al Cham, l’un des mouvements islamistes les plus puissants, ont renoncé à affronter l’EIIL parce que beaucoup de ses membres sont de la région et qu’ils n’ont pas de raisons de leur en vouloir, a quant à lui expliqué Abou Khaled Al Walid, autre opposant interrogé dans la zone frontalière.
Outre Rakka et Tel Abiad, l’EIIL aurait repris les villages de Hreïtan et de Basraton, où ses combattants ont exécuté un chef des brigades Nour Al Din Zanki, l’une des principales composantes de l’Armée des moudjahidine formée récemment dans la province d’Alep.
Des combats entre unités de l’Armée syrienne libre (ASL), soutenue par les puissances occidentales, ont par ailleurs été signalés à Retaïane, près d’Alep, et à Ouroum, à l’est. 

Mardi 14 Janvier 2014

Lu 825 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs