Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mondial et JO, même combat contre l’image de gaspillage d’argent public




Mondial et JO, même combat contre l’image de gaspillage d’argent public
A l’heure où la Coupe du monde comme les Jeux olympiques cristallisent les polémiques sur les milliards engloutis pour un mois de compétitions sportives, la Fifa et le CIO tentent de rappeler l’héritage positif de ces grands événements quand le projet est bien planifié.
La Fédération internationale de football n’a pas oublié le grand mouvement social qui a agité le Brésil en pleine Coupe des Confédérations l’an dernier. 
“J’étais abasourdi par le fait qu’aucun de nous, que ce soit du gouvernement, des autorités policières, du comité d’organisation ou de la Fifa, n’avait imaginé et prévu ce genre de manifestations”, a raconté le secrétaire général de la Fédération internationale Jérôme Valcke lors d’un forum à Lausanne mardi soir.
Le N.2 de la Fifa, qui avait passé une nuit devant la télévision entre le ministre des Sports et le chef de la police, se souvient d’”une situation pas confortable”. Pour le Mondial qui démarre le 13 juin, cette fois, ils seront, selon lui, mieux préparés.
Si la Fifa reconnaît une responsabilité morale par rapport aux sommes engagées par un pays hôte, son secrétaire général rappelle que c’est un pays qui organise la Coupe du monde et que ce sont donc les autorités de ce pays qui font des choix politiques. 
 “On demande de respecter un certain nombre de points techniques qui font qu’un stade pourra être utilisé comme un stade de la Coupe du monde mais en aucun cas on demande d’investir 500 millions comme une référence”, a souligné Valcke.
En une claire allusion au Brésil, qui ne livrera ses derniers stades avec beaucoup de retard, il pointe que “de faire les choses en temps et en heure fait qu’on contrôlera les coûts”.
Avoir des matches à Manaus, en Amazonie, est une volonté du gouvernement qui a voulu que ce Mondial soit entièrement brésilien, selon lui. Tout comme l’Afrique du Sud avait voulu des stades à Polokwane et Nelspruit pour 2010, contre l’avis de la Fifa, dans une logique d’aménagement du territoire pour tenter d’enrayer l’exode des populations de la région vers Johannesburg. 
Mais certains pointent déjà le risque de voir le Mondial-2022 accoucher d’éléphants blancs dans le désert. 
“J’ai été le premier à discuter avec le Qatar pour dire que 12 stades est un non-sens, 10 est un non-sens, 8 est le bon nombre par rapport à la taille du pays”, a souligné Valcke.
Des éléphants blancs, les Jeux en ont laissé quelques uns. Si Londres est loué pour avoir réussi la reconversion de ses sites de 2012, plusieurs infrastructures de 2004 tombent en décrépitude à Athènes.
“Tous les échecs connus aujourd’hui sont des échecs programmés”, a insisté Gilbert Felli, directeur des Jeux olympiques au CIO. L’expert suisse raconte comment la Grèce avait décidé soudainement de construire en dur des infrastructures prévues comme temporaires afin de pouvoir toucher des subventions européennes. 
“Quand on brigue l’organisation des Jeux, il faut absolument savoir pourquoi on veut le faire et l’héritage se planifie dès le premier jour d’une candidature et cela n’est souvent pas fait”, selon Felli, qui a une douzaine de Jeux au compteur.
Le CIO n’apprécie guère de voir Sotchi étiqueté “Jeux les plus chers de l’histoire olympique” et répète à l’envi la différence entre le budget opérationnel pour la quinzaine olympique et les investissements massifs qu’a voulus engager la Russie pour l’occasion.
Cette facture de 50 milliards de dollars attribuée à Sotchi n’est pas étrangère aux veto qu’ont essuyé localement des projets de candidatures olympiques en Suisse, en Allemagne, en Autriche, ou encore en Suède récemment.
Mais pour Denis Oswald, membre du CIO, il ne faut pas oublier que les investissements engagés avec des fonds publics vont bénéficier à la population: “Personne ne repart avec un tram ou un métro après les Jeux”.
L’héritage n’est pas d’ailleurs, selon lui, que matériel, mais concerne l’image, la réputation, le sentiment d’appartenance à une communauté ou l’éducation. Pour le CIO, Turin a ainsi changé d’image avec les Jeux de 2006, “de ville industrielle, elle est devenue une ville à caractère culturel et touristique”.

AFP
Mercredi 21 Mai 2014

Lu 491 fois


1.Posté par Jaciara le 24/05/2014 11:02 (depuis mobile)
J''ai trouvé inadimissible la somme dépensée pour lé Brésil pour la coupe du monde et pour les jeux olympiques,cet argent c''est pour la poche des politiciens, la population manque d''hopitaux,d''écoles et vit en situation de pauvreté.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs