Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mondial-2026 à 40 ou 48 équipes? La Fifa décidera en janvier




La Coupe du monde 2026 se jouera-t-elle à 40 ou 48 équipes contre 32 actuellement ? La Fifa prendra la décision en janvier 2017 alors que son président Gianni Infantino a rappelé jeudi qu'il était favorable à une formule à 48 équipes.
"Nous avons eu une discussion positive mais nous n'avons pas procédé à un vote. La décision sera prise en janvier", a déclaré Infantino jeudi soir, après la première des deux journées de réunion du gouvernement du foot mondial.
Infantino avait confirmé la semaine dernière dans un entretien à l'AFP qu'il était favorable à un passage du format actuel à 32 équipes à un format élargi à 48 équipes à partir de l'édition 2026.
"Il reste encore du travail d'analyse et les confédérations veulent aussi savoir combien de leurs équipes seront qualifiées", a ajouté Infantino. "Jusqu'à cette date tout est encore possible, 32 équipes, 40 ou 48 mais nous nous concentrons sur un format à 48 équipes".
Cette décision très attendue sera prise lors de la prochaine réunion du Conseil de la Fifa en janvier 2017.
Selon le nouveau format prôné par Infantino, les 16 sélections victorieuses de leur groupe d'éliminatoires seraient directement qualifiées pour le Mondial. 32 équipes viendraient sur les lieux de la Coupe du monde pour y disputer un barrage. Sans savoir, donc, si elles se déplacent pour un seul jour de compétition ou un mois, si elles ont la chance de faire partie des 16 survivants qui rejoignent les premiers qualifiés...
Les sélections et leurs fans ne seront-ils pas réticents à effectuer parfois de longs déplacements pour peut-être un seul match ? "Mais ce seraient de grands matches et le niveau sportif en serait encore amélioré. De plus, c'est déjà le cas lorsque des sélections jouent leur qualification sur des barrages aller-retour", a rétorqué Infantino.
L'ancien bras droit de Platini a également rappelé qu'il était favorable à un Mondial "coorganisé" par plusieurs pays car "cela permet de répartir dans plusieurs pays les équipements nécessaires. "Nous ne voulons pas d'éléphants blancs (ces stades laissés à l'abandon ensuite). Nous voulons des équipements durables".
Le président de la Fifa a également présenté jeudi à la trentaine de membres du Conseil présents son programme "Fifa 2.0", "sa vision pour le futur".
Tirant les enseignements de la crise, sur fond de corruption, sans précédente qui a secoué la Fifa depuis mai 2015, il a annoncé un programme qui vise principalement à renforcer le contrôle des activités de l'instance et de ses 211 fédérations membres.
Ainsi la Fifa veut-elle notamment reprendre le contrôle de la vente des billets pour la Coupe du monde, source d'un scandale au Mondial au Brésil, à l'origine de la suspension et du licenciement de l'ex-secrétaire général Jérôme Valcke. Deux options sont sur la table: réintégrer la distribution en interne ou créer une nouvelle filiale sous son contrôle.
Autre modification à compter du Mondial-2026: l'organisation des Mondiaux sera transférée des comités d'organisation locaux actuels à "une structure de management centralisé".
Enfin, la Fifa va ouvrir d'ici à 2018 onze bureaux régionaux dans le monde afin de "mieux répondre aux besoins de ses membres" et de "mieux contrôler la mise en oeuvre de son programme de développement", c'est-à-dire les dépenses.
L'instance qui "continue de coopérer" avec la justice américaine et suisse donne ainsi des gages après les révélations en cascade impliquant des membres de la Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes (Concacaf) et de la Confédération sud-américaine (Conmebol), principalement.
Il faut dire que l'enjeu est de taille: la Fifa va consacrer 4 milliards USD (3,7 mds EUR) sur 10 ans au développement du football à travers le monde, en mettant l'accent notamment sur le football féminin, pour doubler le nombre de joueuses à 60 millions, a encore présenté Infantino.
Dans sa plateforme électorale, l'ex-secrétaire général de l'UEFA avait promis d'augmenter substantiellement l'aide versée chaque année aux 211 fédérations membres de la Fifa.
"Les réformes que nous avons déjà commencé à mettre en place visent à plus de contrôle et de transparence", a-t-il martelé.
"Nous sommes ici pour améliorer la gouvernance de la Fifa, a ajouté la secrétaire générale, la Sénégalaise Fatma Samoura. Vous nous jugerez sur nos résultats".

Samedi 15 Octobre 2016

Lu 500 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs