Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mondial-2014 ou les enjeux d’un dragon




Mondial-2014 ou les enjeux d’un dragon
Alors que le rideau tombait sur l'Euro-2012 avec la finale Espagne-Italie, dimanche à Kiev, les regards étaient déjà braqués sur le Brésil qui accueillera le Mondial en 2014, un challenge en terme d'organisation pour la Fifa et un rendez-vous sportif à ne pas manquer pour le pays-hôte.
Deux ans après le défi logistique représenté par l'Afrique du Sud, la Fédération internationale est confrontée peu ou prou à la même situation avec le Brésil, autre pays émergent mais plus puissant, plus gigantesque encore (8.514.876 km_), et néanmoins en manque d'infrastructures (stades, aéroports, transports, hébergement).
Face aux retards dans les travaux, Brasilia et la Fifa ont d'ailleurs repris la main en nommant chacun un représentant au comité organisateur local (COL). C'est la deuxième fois dans l'Histoire qu'un gouvernement participe à l'organisation d'une Coupe du monde après... l'Afrique du Sud en 2010.
Les analystes sont déjà sceptiques sur le respect des délais et la Fifa redoute de son côté que certains des 12 stades, dont le mythique Maracana de Rio de Janeiro qui abritera la finale, ne soient pas prêts pour la Coupe des Confédérations de juin 2013, considérée comme la répétition générale de 2014.
Outre les aéroports, le Brésil a besoin de plus de 11,4 milliards de dollars d'investissement pour améliorer ses routes, augmenter l'offre hôtelière, renforcer la sécurité ou encore développer le réseau de télécommunications, selon une étude de la Fondation Getulio Vargas et du consultant Ernst & Young.
L'agacement de la Fifa a été nettement perceptible quand son secrétaire général Jérôme Valcke a demandé en mars aux Brésiliens de se donner "un coup de pied aux fesses". Une petite phrase qui a mis le feu aux poudres et crispé les relations entre le futur pays-hôte et l'instance suprême du football, le dirigeant français ayant même été un temps persona non grata au Brésil.
Les tensions se sont depuis apaisées et M. Valcke a participé jeudi à Rio de Janeiro à une réunion du COL et du gouvernement brésilien.
Les quintuples champions du monde comptent bien effacer sur leur sol leurs deux dernières désillusions en Coupe du monde (quart de finale en 2006 et 2010). Mais l'organisation du Mondial est aussi l'occasion pour le Brésil d'exorciser un autre traumatisme, celui de la défaite en finale contre l'Uruguay au Maracana en 1950 (1-2), encore considéré comme un véritable drame national.
Pour faire définitivement oublier le "Maracanaço", la seleçao mise sur ses nouvelles stars, les jeunes Neymar, Lucas Moura, Oscar et Ganso. Mais les petits génies brésiliens ne seront pas les seules vedettes attendues. L'Argentine espère que le triple Ballon d'Or Lionel Messi rééditera enfin sous le maillot national ses prestations prodigieuses avec le FC Barcelone.
Messi devrait une nouvelle fois livrer un duel à distance, si le Portugal se qualifie, avec son rival du Real Madrid Cristiano Ronaldo, flamboyant à l'Euro mais dont l'élan a été stoppé net en demi-finale par les champions du monde et d'Europe espagnols.
L'Espagne, sera-t-elle encore compétitive dans deux ans et avec quelle équipe? La Roja s'appuie sur la même ossature depuis 4 ans et ses cadres vont peut-être commencer en 2014 à accuser l'usure de longues saisons entre Liga et C1.
L'Allemagne, toujours placée mais qui a perdu sa rage de vaincre légendaire, va-t-elle se remettre à gagner, 18 ans après son dernier succès majeur (Euro-96)?
Quant à l'imprévisible Italie, elle s'est découvert à l'Euro un nouveau visage, plus séduisant et joueur, et un jeune héros, Mario Balotelli (21 ans), sources de promesses pour l'avenir. Pirlo, qui aura 35 ans en 2014, ne sera en revanche probablement plus là pour organiser le jeu. Un crève-coeur pour les amateurs du ballon rond.
AFP
 

AFP
Lundi 2 Juillet 2012

Lu 269 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs