Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Monaco fête Picasso”




“Monaco fête Picasso”
Picasso le Méditerranéen, l'homme à femmes, l'hédoniste, le classique, le surréaliste: toutes ces facettes de l'artiste disparu il y a 40 ans sont à découvrir au Grimaldi Forum de Monaco, dans deux expositions réunissant plus de 160 œuvres du maître, issues notamment de l'extraordinaire collection Nahmad.
"Monaco fête Picasso" propose ainsi deux ensembles "très différents et très complémentaires", note Jean-Louis Andral, l'un des trois commissaires d'exposition.
Le volet "Picasso Côte d'Azur" s'intéresse "aux séjours que Picasso a passés dans la région entre 1920 - date de son premier séjour à Juan-les-Pins - et 1946, année où il va réaliser les oeuvres qui constitueront la collection du musée Picasso à Antibes", explique M. Andral, qui est aussi le conservateur de ce musée.
Dans cet ensemble, on peut voir "beaucoup d'oeuvres inédites", "des petits formats", comme "des notes de voyage" de l'artiste qui "reproduit les motifs, les paysages qu'il voit de sa fenêtre ou encore sa femme Olga", explique M. Andral. Des oeuvres estivales "très déconnectées de son travail à Paris", note le commissaire d'exposition.
Le second volet de l'exposition présente une centaine de tableaux issus de la collection Nahmad, réalisés par Pablo Picasso entre 1901 à 1972. C'est "quasiment une rétrospective, permettant au visiteur qui ne connaît pas bien son oeuvre de la découvrir sous toutes ses facettes", souligne M. Andral. Dès les années 1960, les frères collectionneurs Ezra et David Nahmad ont commencé à rassembler d'innombrables oeuvres, avec une prédilection pour les impressionnistes, Juan Miro et par dessus tout Picasso. Ils possèdent aujourd'hui plus de 200 oeuvres du peintre espagnol, pour la plupart bien à l'abri dans le port franc de Genève, selon M. Andral. C'est là, en Suisse, que les commissaires d'exposition ont "fait leur marché".
Le résultat est magistral, construit autour de différentes variations thématiques travaillées par l'artiste: paysage, nature morte, buste d'homme, couple, atelier... "Nous avons là une panoplie d'oeuvres majeures des années 1960 et 1970, ce qu'on a appelé +le dernier Picasso+: la période des mousquetaires, la série des +Peintre et son modèle+", des oeuvres "vraiment très extraordinaires", explique M. Andral. A découvrir aussi toute une série de "Femmes d'Alger", hommage à Delacroix, ou encore un ensemble exceptionnel de cinq "Déjeuner sur l'herbe" de 1960-1961, librement inspiré du chef d'oeuvre de Manet.

AFP
Jeudi 18 Juillet 2013

Lu 462 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs