Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Moi, Ramsès le chat”, le dernier livre de Mokhtar Chaoui : Une soupape savante, une thérapie livresque




“Moi, Ramsès le chat”, le dernier livre de Mokhtar Chaoui : Une soupape savante, une thérapie livresque
"Rares sont les livres qui nous font rire aux larmes tout en nous poussant à réfléchir". C'est ainsi que les éditions Salina qualifient le dernier livre de l'écrivain tangérois Mokhtar Chaoui, "Moi, Ramsès le chat…". Un livre dans lequel l’auteur nous fait part de textes, "virulents", "acerbes", "caustiques" et "interpellateurs" mais également « drôles », « malicieux » et « hilarants ».
A travers le regard d’un chat, il traite de sujets de société, de politique, de religion, de sport… pour que chacun de nous puisse y trouver son bonheur en lisant ces différentes chroniques. Ainsi, il classe les professeurs universitaires en trois catégories, en chercheurs “scientifiques”, chercheurs “scientifrics”, et chercheurs scientifilles. A la question de savoir à quelle catégorie il appartient, lui qui est aussi universitaire, il répond avec son rire sarcastique: "Peut-être les trois à la fois”; en ajoutant une quatrième qui est ma marque déposée: "je suis un chercheur “schmilblick"; faisant ainsi allusion au fameux sketch de Coluche.
Tout le monde passe au peigne fin dans ce nouvel ouvrage. Les personnages politiques marocains et français (surtout Sarkozy), certaines stars de la télé moralisatrice, comme Amrou Khalid, les cinéastes, la mafia des habitats économiques, la FIFA, la nouvelle Constitution…
L’autodérision est omniprésente mais les procédés de satire ne sont pas les seuls outils qu'utilise Mokhtar Chaoui. Dans ses chroniques, il fait également allusion à des événements dramatiques comme la mort de 33 enfants d’Angfou, le village de l’Atlas, à qui Mokhtar Chaoui rend hommage dans « Silence ! Ça meurt».
« Moi, Ramsès le chat »… est un livre véritablement cathartique, une soupape savante, une thérapie livresque qui sème la joie sur une terre en proie au désespoir », Concluent les Editions Salina
Pour rappel, Mokhtar Chaoui est né à Tanger en 1964. Actuellement enseignant-chercheur à la Faculté des lettres et des sciences humaines de Tétouan, il a publié plusieurs articles et quelques nouvelles. Ainsi que «Refermez la nuit», recueil de poèmes paru en février 2007 et un premier roman « Permettez-moi, Madame, de vous répudier ».

Najoua Friguech (Stagiaire)
Lundi 31 Décembre 2012

Lu 1032 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs