Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mohammed Errachek ou le parcours d’un artiste chevronné




Mohammed Errachek ou le parcours d’un artiste chevronné
Mohammed Errachek, originaire de Meknès, fut de son vivant chercheur,  critique et artiste de renom. Il a rempli plusieurs fonctions et a laissé des empreintes indélébiles dans le domaine du Zajal, du Melhoun et dans celui de la Radio.
En effet, Mohammed Errachek aura été un fidèle amoureux du Zajal et un passionné du Melhoun. Il a grandi dans la maison de feu Sayyid Al-Mahjoub dans la vieille médina de Meknès. C’est dans cet endroit que ses facultés artistiques se sont visiblement aiguisées. Il a côtoyé des artistes de renom notamment feu le grand poète du Melhoun, Hammoud Ben Idriss  Al-Souss.
Mohammed Errachek a travaillé plusieurs années à la radio et a également écrit des contes pour enfants. Doté de plusieurs qualités humaines, dont l’une et non des moindres la modestie, il a contribué à l’évolution du Zajal et a milité pour son éclosion.
En tant qu’artiste et chercheur, il a toujours joui d’une notoriété et d’une grande estime auprès de la communauté des artistes. Il était l’exemple même de l’abnégation, de la loyauté et de l’humilité.  
Sa disparition a révélé des témoignages d’amour, de sympathie et de reconnaissance dans tous les milieux littéraires. Cet élan unanime était le signe que tous et chacun étaient touchés par une émotion sincère suite à sa disparition.
Depuis son départ, plusieurs rencontres culturelles ont été organisées dans le dessein de rendre hommage à cette figure emblématique qui a gravé son nom dans l’espace de la création marocaine. 
La première rencontre a eu lieu à Khémisset où plusieurs personnes sont venues témoigner de leur estime à l’égard d’une personne qui a vécu pour exhorter les gens à s’aimer, à pardonner et à s’entraider afin de s’ancrer sainement dans le domaine de la création.
La deuxième rencontre qui s’est tenue à Kénitra était le lieu de rendre hommage à l’artiste et au poète tout en revisitant son parcours et en s’arrêtant sur des moments mémorables de sa vie artistique.
La troisième rencontre, qui s’est tenue à Mohammedia, en décembre de l’an dernier, fut une occasion pour témoigner du grand amour que portent toutes les personnes qui ont côtoyé Errachek de son vivant. Cette rencontre organisée par l’Union marocaine du Zajal, a eu lieu au centre d’accueil Albachir de Mohammedia en présence de l'épouse et des enfants du défunt. C’était l’occasion de revenir sur les soucis qui étaient au centre des préoccupations du défunt et qui seront désormais, en guise de relève, les soucis sur lesquels se pencheront tous les amoureux du Zajal.
A travers des lectures poétiques, assurées par des poètes chevronnés, l’hommage fut bien rendu à cette figure. La soirée fut inaugurée par le mot du président de l’Union marocaine du Zajal Mohammed Moumer où il est revenu sur les qualités humaines du défunt. L’hommage fut ponctué par des témoignages émouvants qui mettent en valeur les qualités d'un artiste hors pair, d’une référence éthique exceptionnelle.  Lors de cet hommage, des versets du Saint Coran ont été lus pour le repos de l'âme du regretté, suivis des interventions retraçant les différentes étapes de sa vie. Des témoignages de plusieurs intellectuels tels que Latifa Lazrak, Abdelhamid Chawki, Mohammed Ramssis, Abdeslam Fizazi et Hmida Belbali, ont souligné l’intérêt que portent tous les chercheurs à l’œuvre d’Errachek.
Abdelillah Rabhi, quant à lui, en se penchant sur le parcours du défunt, a focalisé son intervention sur cinq points en rapport avec la poésie populaire. Il a résumé tout le travail d’Errachek dans cinq volets qui convergent tous vers l’émancipation du Zajal et qui se fixent comme objectif la relève qui sera assurée.  Il a ajouté que le départ de feu Errachek ne fera qu’aiguiser les plumes des chercheurs pour continuer dans le même chemin, celui de l’art et de la création littéraire. 
Au cours de ces soirées, l’hommage posthume, rehaussé par la présence d'éminentes personnalités littéraires et du monde des médias, a bien été rendu à cette icône littéraire et artistique. Il n’était jamais facile de parler de l’œuvre de feu Errachek sans souligner son côté humain, sans oublier de signaler qu’il compte parmi les figures célèbres qui ont eu le grand mérite d'avoir jeté les fondements de l’Union marocaine du Zajal. 
La 20ème édition du Salon international de l’édition et du livre de Casablanca a réservé également une partie de son programme à la mémoire de cet homme qui a marqué son époque et qui continuera à marquer les siècles à venir. Cette rencontre, qui a eu lieu le mercredi 19 février dans la salle Mohammed Sabbagh, a été modérée par Najib Amine et animée par des chercheurs dont Mohammed Zerouali, Abdelhamid Chaouki, H’mida Belbali et Abdelillah Rabhi.
La ville d’Azemmour, à son tour, a vibré au rythme du Zajal pendant trois jours, et ce du 20 au 22 courant. Ce festival, organisé par l’Observatoire national de jeunes et développement, a été  l’occasion de rendre hommage à feu Errachek et aux années de dévouement passées au service de la création littéraire. Les habitants de cette ville ont témoigné à leur tour de leur  amour et de leur reconnaissance à cet homme qui a beaucoup donné au Zajal. Outre la Libye, plusieurs autres pays étaient conviés et de nombreuses figures ont eu  l’occasion de rendre à feu Errachek ce qui lui revient de droit. 
Ahmed Errachek a vécu en silence et nous a quittés en silence. Un silence qui raconte toute une vie. Le travail colossal qu’il a réalisé au cours de son passage est toujours présent pour le dire et le confirmer.
Aujourd’hui, en nous quittant, il continuera d’exister dans nos cœurs. Après cette longue aventure où il n’a ménagé aucun effort pour contribuer à l’éclosion  du Zajal en tant que genre à part entière, c’est le lieu, ici, de témoigner à titre posthume, notre reconnaissance, notre gratitude et notre grand respect. 
Son fils Amine, qui est déjà sur les pas de son père, suivra sans doute le même parcours, irradiera de la même aura qui a longtemps entouré le défunt et empruntera le même chemin que lui, en l’occurrence celui de la réussite artistique.

Par Nabila Bhih
Jeudi 27 Février 2014

Lu 718 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs