Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mohamed Rouicha : Un autodidacte qui brille de mille feux




Mohamed Rouicha : Un autodidacte qui brille de mille feux
La nouvelle de l'hospitalisation de Mohamed Rouicha a ému tout le monde. Et pour cause. Cet artiste hors pair a pu donner à la musique populaire, notamment celle du Moyen Atlas, une célébrité qui a dépassé les frontières. Sa manière de jouer "Loutar" est exceptionnelle, et ce de l'avis de tout le monde. Non seulement il a contribué au rayonnement de la chanson populaire, mais il a aussi donné ses lettres de noblesse à un instrument pourtant ancien mais qui passait, presque inaperçu._ Autodidacte, Rouicha en est fier et ne cesse de le répéter. Des influences, certainement et c'est Hammou Lyazid, un célèbre chanteur et instrumentaliste qui l'a beaucoup marqué. Cette figure de proue disparaît au milieu des années 70, laissant la relève à Mohamed Rouicha qui était pourtant très jeune et qui craignait surtout de ne pas être à la hauteur de cette mission.
 Artiste jusqu'à la moelle, très sensible et très fin, Rouicha ne laisse personne indifférent. Ceux qui ont eu l'occasion de lui rendre visite, soulignent qu'il est d'une hospitalité débordante. Pour lui, cela s'inscrit dans l'ordre des choses puisqu’il a vécu au milieu d'une nature généreuse et abondante. Ayant commencé sa carrière artistique à 14 ans, son talent était trop remarquable pour qu'on ne s’intéresse pas à lui. Des amis l'ont encouragé à se déplacer à Rabat, ce qui allait le mener à la radio où il devait  s'occuper de l'antenne amazighe.
Mais son attachement à son milieu naturel et surtout à sa mère, l’a contraint d'effectuer de fréquents déplacements entre Rabat et Khémisset. Et au fur et à mesure que son talent se confirme et que son nom devient connu, il finit par retourner à son village natal, car l'appel des montagnes était trop fort. Aujourd'hui, Mohamed Rouicha jouit d'une célébrité et d'une admiration incontestables. Il fait partie de ces artistes qui font l'unanimité et constituent un motif de fierté pour tous les Marocains pour avoir levé le voile sur un genre de musique qui risquait de disparaître. Comme il a décidé de suivre les pas des vétérans de l'Atlas, il a aussi décidé de léguer son talent et son savoir pour assurer la pérennité de la chanson amazighe. C'est son fils qui a pris les rênes du métier. D'ailleurs, Rouicha comptait le présenter au public à l'occasion d'une tournée qu'il allait effectuer. Seulement, la maladie l'en a empêché, mais l'on sait que la relève est  désormais assurée.

Par Abdessalam Khatib
Samedi 7 Janvier 2012

Lu 2702 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs