Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mohamed Ouzzine arrose tout le monde




Mohamed Ouzzine arrose tout le monde
Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Ouzzine, a estimé, lundi, que la page de la participation de la sélection nationale de football à la 29è Coupe d'Afrique des nations (CAN-2013), où elle a été éliminée dès le premier tour, doit être "tournée, afin de penser de manière plus constructive à l'avenir du football marocain".
Le ministre, qui s'exprimait lors d'une réunion avec la commission de l'enseignement et des affaires culturelles et sociales à la Chambre des conseillers, convoquée par le groupe du Rassemblent national des indépendants (RNI), sur l'élimination précoce des Lions de l'Atlas dès le 1er tour de la CAN, a indiqué que la responsabilité dans cet échec doit être endossée par l'ensemble des intervenants dans la chose sportive nationale (clubs, ligues, fédération...).
"Les ressources financières ne sont pas suffisantes en elles-mêmes. Les performances sportives ne sont pas le fruit du hasard. Je n'ai pas promis au peuple marocain des résultats dans l'immédiat. Le constat fait que la relève est loin d'être assurée dans nombre de disciplines", a-t-il déploré, se félicitant que 85% des fédérations sportives nationales sont revenues à la légalité, après la tenue de leurs assemblées générales respectives.
Signalant la franchise du dialogue engagé par son département avec les différents intervenants en la matière pour informer l'opinion sportive nationale des vraies raisons de l'élimination de l'équipe nationale, pour la 4è fois d'affilée, dès le 1er tour de la CAN, M. Ouzzine a détaillé les différents dysfonctionnements qui ont été relevés dès sa prise de fonction à la tête du ministère de la Jeunesse et des Sports, après "un diagnostic méticuleux de la scène sportive nationale".
"Absence d'une stratégie pour la promotion de chaque discipline, manque d'encadrement, tous azimuts, avec insuffisance des programmes de formation, défaillance du système de prospection des jeunes talents, délaissement du travail de base au niveau des jeunes et absence d'une culture de sport de haut niveau", telles sont, entre autres, les principales anomalies constatées, a dit le ministre.
Rappelant le bilan de la participation de l'équipe nationale à la phase finale de la CAN depuis sa création, où elle s'est qualifiée à 15 éditions sur un total de 29, M. Ouzzine a rappelé que le Maroc figure à la 11è place (1 seul sacre) des sélections couronnées en Coupe d'Afrique des nations dans un classement dominé par l'Egypte (7 couronnes).
"La modeste place de l'équipe nationale sur la scène continentale s'explique par le nombre des pratiquants du football au Maroc, estimé à seulement 47.000 environ, un chiffre qui laisse à réfléchir", a-t-il lancé, ajoutant que les clubs nationaux peinent de leur côté à tenir tête aux équipes africaines, ce qui se répercute in facto sur le niveau de l'équipe nationale.
Enonçant les principaux axes entrepris par son département en vue de la promotion du sport national, M. Ouzzine a cité la nécessité de jeter les jalons d'une bonne gouvernance, améliorer le système de formation, faire de la région l'épine dorsale du développement sportif, consolider les infrastructures sportives, mettre en place une stratégie nationale de prospection et d'accompagnement des jeunes talents, respecter les règles de démocratie et de transparence dans la relation liant le ministère de tutelle aux organes chargés de la gestion du sport national en plus de l'élaboration d'un projet de loi définissant un nouveau partenariat entre l'Etat, le mouvement sportif et les collectivités locales.
Les différents intervenants, qui ont déploré l'absence aux travaux de cette commission du président de la Fédération Royale marocaine de football, Ali Fassi Fihri, ont mis l'accent sur l'impératif de démocratiser les fédérations sportives nationales et mettre en place des outils de contrôle de leur gestion, encourager la pratique du sport en général, et du football en particulier dans les quartiers, accorder plus d'importance aux centres socio-sportifs de proximité ainsi que de tisser des partenariats avec les conseils élus.
La problématique du sport national réside indubitablement dans sa gestion, et non dans la pénurie des moyens financiers, ont-ils souligné, d'où, selon eux, la nécessité de changer les mentalités pour assurer un vrai décollage du sport national.

MAP
Mercredi 20 Février 2013

Lu 195 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs