Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mohamed Ould Abdel Aziz blessé par balle : Le président mauritanien évacué vers Paris




Mohamed Ould Abdel Aziz blessé par balle :  Le président  mauritanien  évacué vers Paris
Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a été blessé samedi par balle, a été opéré à l'hôpital militaire de Nouakchott et doit être évacué dimanche vers Paris "pour des soins complémentaires", a affirmé à l'AFP une source sécuritaire.
Selon des informations non confirmées circulant notamment dans les médias à Nouakchott, Ould Abdel Aziz pourrait avoir été touché au bras et/ou à l'abdomen.
"Le président sera évacué dans la journée (de dimanche) sur Paris pour des soins complémentaires en France dans un hôpital spécialisé", a déclaré la source sécuritaire sous couvert d'anonymat.
"Une première opération a été faite à l'hôpital militaire de Nouakchott pour extraire la balle de son corps", a ajouté cette source, qui n'a pas donné davantage de précisions sur la nature de cette blessure.
"De toutes les façons, c'est sans danger pour sa vie, les organes vitaux ne sont pas touchés, rien d'inquiétant", a assuré la source sécuritaire interrogée par l'AFP, sans plus de détails.
La veille, le ministre mauritanien de la Communication avait expliqué à la télévision publique que le président avait été "légèrement" blessé par balle samedi soir près de Nouakchott, en évoquant un "tir par erreur de l'armée" sur le cortège de M. Ould Abdel Aziz sur son chemin de retour d'une excursion dans le nord du pays."L'unité militaire (à l'origine du tir) ne savait pas qu'il s'agissait du cortège du président", avait dit le ministre, en donnant des assurances quant à la santé du blessé.
"Le peuple mauritanien peut être tranquille, le président se porte bien, il est soigné à l'hôpital national (...) Il est légèrement touché, il est descendu lui-même de la voiture à son arrivée à l'hôpital où il marchait sans difficultés", avait-il dit.
Peu auparavant, un responsable sécuritaire mauritanien qui avait fait état de cette blessure, avait déclaré à l'AFP que la vie du président "n'est pas en danger" et qu'il était "descendu à pied à l'hôpital militaire où il a reçu les premiers soins".
Le président, selon cette source, a été "légèrement touché au bras par une balle, tirée contre lui par un automobiliste qui l'a directement visé alors qu'il se trouvait au volant de sa voiture" vers Tweila, à environ 40 km au nord de Nouakchott.


AFP
Lundi 15 Octobre 2012

Lu 367 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs