Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mohamed Morsi et une centaine d'autres accusés condamnés à mort


Deux juges, un procureur et leur chauffeur tués après l’annonce du verdict dans le Sinaï



Mohamed Morsi et une centaine d'autres accusés condamnés à mort
L'ex-président islamiste égyptien Mohamed Morsi, destitué par l'armée en 2013, a été condamné à mort samedi en première instance avec une centaine d'autres accusés pour des évasions de prison et des violences durant la révolte populaire de 2011 contre Hosni Moubarak.
Quelques heures après l'annonce du verdict, ont été tués par balle dans le nord de la péninsule du Sinaï deux juges, un procureur et leur chauffeur , dans la première attaque contre des magistrats dans cette région, théâtre d'attentats quasi-quotidiens visant l'armée et la police.
Parmi les dizaines de personnes ayant écopé de la peine capitale samedi, figure le guide suprême de la confrérie des Frères musulmans de M. Morsi, Mohamed Badie. Ces condamnations doivent encore recueillir l'avis, non contraignant, du mufti d'Egypte avant d'être confirmées ou infirmées le 2 juin.
Ces nouvelles peines capitales sont prononcées alors que le pouvoir du président Abdel Fattah al-Sissi, l'ex-chef de l'armée tombeur de M. Morsi, mène une répression sanglante contre les Frères musulmans, qui avaient remporté toutes les élections démocratiques après la chute de Hosni Moubarak.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a aussitôt dénoncé le verdict, y voyant un retour "à l'Egypte antique", tandis qu'Amnesty International a estimé que la peine de mort était devenue "l'outil de prédilection des autorités égyptiennes pour éliminer l'opposition politique". Morsi avait déjà été condamné à 20 ans de prison il y a trois semaines dans un premier procès pour des violences contre des manifestants durant sa mandature d'un an.
Le tribunal devait prononcer des verdicts dans deux procès.
Le premier concernait Morsi et 128 co-accusés, dont des membres des Frères musulmans, du Hamas palestinien et du Hezbollah libanais, pour des évasions massives de prison et des attaques visant la police pendant la révolte de 2011.
Dans cette affaire, des dizaines de personnes ont été condamnées à mort, dont Morsi, Mohamed Badie et le prédicateur islamiste qatari Youssef al-Qardaoui. Ce dernier était jugé par contumace.
Le second procès était relatif à une affaire d'espionnage, entre 2005 et 2013, notamment au profit du Hamas, du Hezbollah et de l'Iran. Seize personnes ont été condamnées à mort, dont une femme. Ceux qui ont échappé à la peine capitale dans cette affaire, comme Morsi, connaîtront leur sort le 2 juin.
L'ex-président et 35 autres personnes étaient accusés d'avoir fourni "des rapports de sécurité" à l'Iran et répondaient également d'espionnage en faveur du Hamas et du Hezbollah "en vue de mener des attaques terroristes dans le pays pour y semer le chaos et renverser l'Etat".

Lundi 18 Mai 2015

Lu 361 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs