Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mohamed El Baradei prône un consensus politique en Egypte

Les islamistes au pouvoir font la sourde oreille malgré la grave crise économique que traverse le pays




Mohamed El Baradei prône un consensus politique en Egypte
Le gouvernement égyptien doit rechercher le consensus politique pour obtenir un soutien le plus large possible au prêt du Fonds monétaire international (FMI) en cours de négociation et relancer une économie en pleine crise, a estimé mardi l'opposant Mohamed ElBaradei.
L'ancien directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), lauréat du prix Nobel de la paix, reproche aux Frères musulmans au pouvoir d'exclure toutes les autres forces politiques des décisions et de créer ainsi une situation de blocage plus de deux ans après la révolution qui a renversé Hosni Moubarak.
L'instabilité politique et la montée de l'insécurité font peur aux touristes et aux investisseurs étrangers, faisant plonger les réserves de devises du pays, cruciales pour payer les importations de blé et de pétrole subventionnés.
"Le succès ou l'échec dépend désormais du consensus politique, car s'il n'y a pas de consensus, il n'y a pas de stabilité", a déclaré Mohamed El Baradei lors d'une interview accordée à Reuters et AP dans sa villa du Caire.
"Sans stabilité, l'économie ne fonctionne pas, et si l'économie ne fonctionne pas, cela se termine avec des gens affamés et en colère."
Le gouvernement négocie depuis des mois avec le FMI l'octroi d'un prêt de 4,8 milliards de dollars que Mohamed El Baradei juge vital pour l'économie égyptienne.
Les conditions politiques ne semblent guère favorables à l'octroi d'un tel prêt, mais les pays occidentaux, principaux contributeurs, soulignent qu'un consensus permettrait de mettre en œuvre plus facilement les réformes structurelles réclamées par l'institution monétaire.
Le Front national de salut (FNS), l'alliance de l'opposition dont Mohamed El Baradei est l'un des chefs de file, a posé trois conditions pour dialoguer avec le président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, et participer aux prochaines élections législatives: mise en place d'un gouvernement "neutre et crédible", nomination d'un procureur général indépendant et élaboration d'une nouvelle loi électorale. Mais les islamistes ont jusqu'à présent fait la sourde oreille. "Ils ont tracé une ligne dans le sable, ce qui ne nous aide pas vraiment".

Reuters
Jeudi 2 Mai 2013

Lu 399 fois

Nouveau commentaire :

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Invité | Expresso | En toute Libé | L'info | Spécial Eté









Publicité

Pour vos Publicités sur le site
contactez admin@libe.ma