Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mohamed Abdelaziz fait chou blanc à Washington

Boudé par les responsables américains alors que la justice espagnole a entamé des procédures contre les siens




Mohamed Abdelaziz fait chou blanc à Washington
A l’annonce du voyage d’Abdelaziz aux USA, les séparatistes de l’intérieur, notamment à Laâyoune, avaient fait circuler une rumeur selon laquelle, la fictive RASD serait admise en tant que pays observateur à l’ONU. Cette rumeur avait, d’ailleurs, été relayée par une certaine presse.
Après quatre jours passés à Washington, le chef du Polisario n’a, néanmoins pas décroché un quelconque rendez-vous avec les responsables de l’Administration américaine. Ceci, malgré les assurances des officiels algériens qui  avaient soigneusement préparé sa visite en étroite coordination avec Kerry Kennedy.  
En effet, la présidente du Robert F. Kennedy Center for Justice and Human Rights qui soutient inconditionnellement le porte-lige du Polisario a fait des mains et des pieds déployant tous ses moyens et utilisant son important carnet d’adresses et le solide réseau dont elle dispose au Département d’Etat pour arranger un éventuel rendez-vous à Mohamed Abdelaziz, mais en vain.
Selon des sources bien informées, des instructions fermes ont été données à toute la hiérarchie du département d’Etat américain dans l’objectif de ne pas tomber dans une nouvelle méprise comme celle d’avril au cours de laquelle un projet de résolution américain avait été présenté au Conseil de sécurité avant d’être retiré. Cette tentative qui, on s’en souvient, avait été menée par l’Algérie  via Kerry Kennedy, avait pour objectif d’imposer un élargissement des attributions de la Minurso aux questions des droits de l’Homme au Sahara marocain. Ayant échoué, Alger, fort de la présence de Kerry Kennedy et de ses relations au sein du département d’Etat et du parti démocrate a incité le Polisario  à entreprendre son actuelle offensive diplomatique.
La rencontre de Mohamed Abdelaziz avec le secrétaire Général de l’ONU à New York ne lui a, elle aussi, pas apporté la consolation qu’il avait espérée. Au cours de   l’entretien que les deux hommes ont eus, M. Ban a "réaffirmé l'engagement de l'ONU à aider le Maroc et le Front Polisario à négocier une solution à leur différend de longue date", a indiqué le porte-parole de l'ONU Martin Nesirky.
"Le secrétaire général, a-t-il ajouté, a souligné son ferme attachement au respect des droits de l'Homme au Sahara et dans les camps de réfugiés" contrôlés par le Polisario. "Il a aussi exprimé son inquiétude devant la frustration et la vulnérabilité croissantes que l'absence de règlement et l'instabilité au Sahel ont provoquées chez les jeunes dans les camps de réfugiés". Les séparatistes de l’intérieur ont ainsi vu fondre comme neige au soleil les espoirs qu’ils avaient placés en cette visite et la rumeur qu’ils ont répandue a rejoint les poubelles de l’histoire.
Et comme un malheur ne vient jamais seul, la police espagnole vient de lancer un mandat international contre des dirigeants du Polisario pour crimes contre l’humanité.
Dans une déclaration, un représentant de la justice espagnole, a indiqué dans ce sens que la police effectue d’intenses recherches afin d’arrêter des responsables du Polisario poursuivis devant le tribunal national espagnol pour avoir torturé, enlevé, fait disparaître, séquestré  et commis des crimes sur des centaines de Sahraouis, violant, de la sorte les droits humains. La même source a indiqué que le juge d’instruction près la cinquième chambre du tribunal national espagnol Pablo Rafael Ros Gutierrez, avait décidé  d’enquêter auprès de hauts responsables du Polisario suite à la plainte déposée par des Sahraouis qui en ont été les victimes avec le soutien de l’Association sahraouie des droits de l’Homme dont le siège est à Madrid.
A noter que sur une vingtaine d’accusés, la police espagnole n’a, encore repéré qu’un seul, dénommé Louchaâ Mohamed Abid, hospitalisé à  Las Palmas et dont l’état de santé n’a pas permis l’arrestation.
Dans son arrêt, le tribunal a décidé de poursuivre de nombreux autres responsables du Polisario dont l’actuel représentant du mouvement en Algérie et ex-représentant en Espagne, Brahim Ghaly.
Selon une source proche du tribunal espagnol, celui-ci n’hésitera pas à solliciter, au besoin, une coopération internationale dans la recherche et l’arrestation de ces criminels.

Ahmadou El-Katab
Lundi 17 Juin 2013

Lu 855 fois


1.Posté par rachidalimane le 21/06/2013 11:29
Les usa ne traitent pas avec les terroristes. sinon demain ils devront traité avec alqayda.

2.Posté par houmad mansour le 23/06/2013 22:16
Notre police est connue par son courage et son très bien savoir faire n'a pas pu arreter ce commendo norvégien?

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs