Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mobilisation des islamistes en Egypte

Mises en garde du pouvoir




Mobilisation des islamistes en Egypte
Les partisans de Mohamed Morsi ont appelé à de nouvelles manifestations vendredi au Caire pour réclamer le retour du président islamiste déchu, au lendemain de mises en garde du président par intérim Adly Mansour et de l’armée contre tout «recours à la violence».
Les manifestations à l’appel des Frères musulmans doivent partir en début d’après-midi, après la traditionnelle grande prière du vendredi, de dix-huit mosquées situées dans différents quartiers du Caire.
Les cortèges doivent converger vers deux sites que les islamistes occupent depuis près de trois semaines: la mosquée Rabaa al-Adawiya dans un faubourg au nord-ouest de la capitale, et les abords de l’Université du Caire, dans le quartier de Guizeh, plus proche du centre-ville.
Des rassemblements des adversaires de M. Morsi sont également annoncés sur la place Tahrir et près du palais présidentiel. La mobilisation des anti-Morsi, dont l’objectif de chasser le président a été atteint, a toutefois été moins forte que celle des islamistes ces derniers jours.
Le président Mansour a assuré jeudi soir à la télévision qu’il mènerait «la bataille pour la sécurité jusqu’au bout» face à la volonté des islamistes de continuer à mobiliser dans la rue.
Les violences depuis le renversement de M. Morsi par l’armée le 3 juillet ont fait plus d’une centaine de morts. Plus de cinquante personnes ont notamment péri le 8 juillet devant le quartier général de la Garde républicaine, tandis que sept autres ont perdu la vie dans la nuit de lundi à mardi au Caire lors de heurts en marge de manifestations.
Alors que M. Morsi est toujours détenu par l’armée et qu’une vague d’arrestations a eu lieu parmi les membres des Frères musulmans, la confrérie a refusé toute négociation avec M. Mansour et affirmé qu’elle poursuivrait ses rassemblements, pour réclamer le retour à la tête de l’Etat de M. Morsi, premier président élu démocratiquement d’Egypte.
L’armée quant à elle a «mis en garde contre toute dérive de l’expression des opinions pacifiques, ainsi que contre le recours à la violence».
Outre ces manifestations à risques, le pouvoir est confronté à une nette détérioration de la sécurité dans la péninsule du Sinaï, dans l’est du pays, où sont implantés des groupes islamistes radicaux.
Les attaques contre la police et l’armée mais aussi des civils se sont multipliées depuis le 3 juillet dans cette région, où l’armée a renforcé sa présence pour tenter de rétablir la stabilité.
Quatre policiers y ont été tués en moins de 48 heures, dont l’un jeudi soir quand des hommes armés ont pris pour cible un camion de police transportant de l’eau, selon des sources médicales.
Sur le front diplomatique, le nouveau ministre des Affaires étrangères, Nabil Fahmy, s’est entretenu au téléphone avec son homologue américain John Kerry des questions du Moyen-Orient et de la situation intérieure égyptienne, a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Libé
Samedi 20 Juillet 2013

Lu 111 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs