Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mis à l'honneur lors d'une récente rencontre à Madrid : Le zajal dans tous ses états




Le zajal est une expression poétique de soi-même et du monde, au même titre que la poésie d'expression française et celle écrite en arabe classique ou en amazigh, a souligné le poète marocain Mourad Kadiri.
Kadiri, qui a participé récemment aux côtés de son compatriote Ahmed Lemseyeh à une rencontre sur le zajal à Madrid, a expliqué que ce genre poétique désigne désormais, dans les cercles littéraires et chez les critiques, cette forme de poésie qui utilise l'arabe dialectal marocain pour exprimer une vision poétique de soi-même, du monde et de l'existence.
Selon Kadiri, le zajal fait partie du répertoire poétique marocain caractérisé par sa diversité linguistique, artistique et esthétique, soulignant que cette particularité fait que les poètes écrivant en arabe dialectal se sentent à cheval entre la poésie des précurseurs de ce genre qui ont vécu à Al Andalus, comme Abou Bakr Ibn Kuzman, et la qasida moderne.
"Nous écrivons en arabe dialectal marocain non pas par volonté de marquer notre singularité ou différence, mais pour exprimer nos sentiments et nos visions par le biais de l'idiome avec lequel nous rêvons, ce parler qui unifie le public ", a-t-il relevé. Kadiri a rappelé, dans le même contexte, que les poètes d'Al Andalus ont créé le zajal dans le souci de refléter une nouvelle réalité marquée par la diversité culturelle de cette terre, ajoutant que cette créativité a permis l'apparition également de nouvelles formes d'expression littéraire et artistique, dont le mouachah, cette poésie arabo-andalouse chantée dans la naouba.
La rencontre organisée à Madrid sur le zajal avait pour objet de faire connaître, notamment auprès du public espagnol, cette expression poétique marocaine qui fait usage da la langue maternelle des Marocains et ce, à travers l'œuvre de deux de ses grandes figures, Mourad Kadiri et Ahmed Lmaseyeh".
Cette initiative est un hommage à la poésie marocaine qui a progressé et s'est affirmée, ces dernières années, dans les anthologies de la poésie mondiale et dans des rencontres et des festivals internationaux", avait souligné Kadiri, à cette occasion.
Né en 1965 à Salé, Mourad Kadiri, est membre de l'Union des écrivains du Maroc, de la Maison de la poésie au Maroc et du groupe "Poètes du monde". Il est l'auteur de trois recueils, à savoir "Lettres de la paume de la main" (Hourouf Al Kaff-1995), "Filage de filles" (Ghzel Lebnat-2005) et "L'Oiseau de Dieu" (2007).
 

MAP
Lundi 30 Mai 2011

Lu 346 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs